Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Boris Mikhailov

05 Nov - 23 Déc 2005

Un regard provocateur sur les évidences quotidiennes et le déjà vu. Et une série d’autoportraits tournant en dérision l’égocentrisme.

Communiqué de presse
Boris Mikhailov
Boris Mikhailov


Du 5 novembre au 23 décembre 2005, la galerie Suzanne Tarasiève présente une sélection de ces images ambiguës, propose un éventail de styles et de décors, un échantillon d’humeurs et de techniques. Ayant pour l’occasion investit un espace supplémentaire au 5 rue Louise Weiss, Suzanne Tarasiève offre ainsi la première exposition importante de l’oeuvre de Mikhailov en France depuis celle du Centre National de la Photographie en 1999.

L’exposition met en lumière une des particularités de Mikhailov : une approche surprenante des sujets se démarquant généralement par leur banalité. En effet, lorsque d’autres photographes s’évertuent à trouver des idées innovantes, partent à la conquête de l’exclusivité, Boris Mikhailov aborde des sujets communs et mille fois traités, mais sous un angle inattendu et provocateur.

À l’heure où l’auto-célebration domine dans la société, à l’ère du Moi démesuré, la dérision est au programme dans la série d’autoportraits Je ne suis pas moi. Le photographe, entièrement nu, prend des poses rappelant les statues de l’Antiquité. Mikhailov se moque de lui-même en s’arrogeant un rôle d’athlète ridicule, de sex symbol improbable.

Les oeuvres
Look at me I look at water + If I were a german au 171 rue du Chevaleret.
I am not I au 5 rue Louise Weiss.


critique

Boris Mikhailov