DANSE | SPECTACLE

Blue Lady (revisited)

10 Mar - 13 Mar 2010
Vernissage le 10 Mar 2010

Solo emlématique de Carolyn Carlson, Blue Lady est ici révisité pour un homme, Tero Saarinen. Une récréation basée sur le travestissement qui joue de son ambiguité tout en questionnant la transmission de la danse.

Communiqué de presse
Carolyn Carlson, Tero Saarinen
Blue Lady

Horaire : 20h30
Durée : 1h10
Lieu : salle Jean Vilar

— Chorégraphie : Carolyn Carlson avec Tero Saarinen
— Musique originale : René Aubry
— Scénographie originale : Frédéric Robert
— Lumière (recréation) : Peter Vos
— Lumière (originale) : John Davis, Claude Naville
— Costumes (recréation) : Chrystel Zingiro
— Montage archives : Baptiste Evrard
— Crédits archives Claude Le-Anh (photos), André Labarthe (film), Charles Picq (film)

Grande dame venue de San Francisco, Carolyn Carlson laisse son empreinte sur nos années danse. Soliste révérée de la compagnie d’Alwin Nikolais, étoile du Groupe de Recherches Chorégraphiques de l’Opéra de Paris, Carolyn Carlson a, de Venise à Helsinki, de Paris à Stockholm, promené sa longue silhouette. Chaillot l’honore.

D’abord avec Blue Lady, un de ses plus grands succès, ici revisité pour un homme, Tero Saarinen, complice rencontré au Finnish National Ballet. Créé en 1983 au Teatro La Fenice, Blue Lady dansé par Carolyn alors, avait des allures de galerie de portraits féminins sur la partition hypnotique de René Aubry. Sous les traits de Saarinen, cette Lady, tel un acteur de Kabuki, le fameux onagata interprète travesti, joue l’ambivalence. Et séduit.

critique

Blue Lady (revisited)