PHOTO | EXPO

Black Star

14 Jan - 11 Mar 2017
Vernissage le 14 Jan 2017 à partir de 17:00

L’exposition « Black Star » à la galerie lyonnaise Vrais rêves présente des séries photographiques de Pascal Mirande dans lesquelles se perpétue sa recherche autour de la perception. A travers les jeux graphiques et la théâtralisation du paysage, les œuvres de Pascal Mirande interrogent la représentation du réel.

L’exposition « Black Star » présentée à la galerie Vrais rêves à Lyon réunit plusieurs séries photographiques de Pascal Mirande. Toutes développent un travail autour de la représentation du réel.

Les anaglyphes, jeux photographiques autour de la perception

Le titre de l’exposition, « Black Star », évoque le célèbre tableau réalisé par Kasimir Malevitch en 1918, intitulé Carré blanc sur fond blanc et considéré comme la première toile monochrome. Le principe de cette œuvre, qui présente un carré blanc inscrit dans un autre carré d’un ton de blanc légèrement différent, trouve en effet un écho dans plusieurs séries photographiques de Pascal Mirande qui reposent sur les anaglyphes. Cette technique permet la réalisation de photographies en relief, visibles à l’aide de lunettes 3D.

De telles photographies sont en fait constituées de deux images capturées simultanément et superposée de façon légèrement décalée. Un décalage qui apparaît si on les regarde sans lunettes 3D. Les clichés, comme ceux de la série Ice-land/Stone-land réalisée en en 2013 à l’occasion d’un voyage en Islande, ou ceux de la série Graphitis, revêtent ainsi l’aspect d’images troubles, instables, comme parasitées. Ces images reposent sur le rapport entre le foncé et le clair et fonctionnent grâce à notre mode de perception dont elles exploitent les limites. Une étoile en anaglyphe naît d’un motif blanc sur fond blanc, à l’image de la toile de Kasimir Malevitch.

Un univers nourri de mythes et de symboles

A travers ce jeu graphique se perpétue la recherche de Pascal Mirande autour de la perception et de la représentation du réel. La pratique de l’artiste fait appel au dessin, à la sculpture, à l’installation et à la photographie pour créer des fictions à partir de paysages réels. Ainsi, dans la série Constellations, diverses figures étoilées sont-elles représentées par des points lumineux placés sur des fils tendus entre deux bâtons, sur des plages au crépuscule.

L’intégration d’éléments végétaux ou structurels dans ses photographies est devenue pour Pascal Mirande une marque de fabrique, que l’on retrouve également dans les séries Icares, Sentinelles et Gullivers. Des travaux dans lesquels le paysage devient la toile de fond d’un théâtre imaginaire, nourri de symboles et de mythes.