ÉCHOS | ECHOS
16 Nov 2016

Bilan foire AKAA

La foire d’art contemporain et de design centrée sur l’Afrique, AKAA vient de fermer ses portes, elle réunissait trente galeries, dont treize provenant d'Afrique. Elle a su trouver son public dès la première édition.

Plus de 15 000 visiteurs se sont retrouvés au Carreau du Temple sur trois jours pour la foire AKAA. Collectionneurs, amis de grandes instituions culturelles et amateurs se sont donnés rendez-vous pour cet événement pour la plus grande satisfaction des trente exposants.

Deux prix ont été décernés durant la foire AKAA

Le prix Orange de l’artiste numérique AKAA, qui récompense un artiste travaillant la photographie numérique, la vidéo ou dont l’oeuvre aborde le sujet du numérique, a été décerné à l’artiste originaire du Burkina Faso Siaka Soppo Traoré, représenté par la galerie MAM et la Fondation Donwahi, pour la photographie intitulée Dans ce…

Le prix Getty Images en collaboration avec Instagram accompagne le travail de photographes qui ont une approche visuelle créative détachée des paramètres classiques de la photographie documentaire. Le prix a été décerné à l’artiste éthiopien Girma Berta, représenté par Addis Fine Art.

Une scénographie surprenante

Pour cette première édition, AKAA avait fait le choix d’une scénographie spectaculaire. Au centre de la foire, le public a pu découvrir l’œuvre monumentale Les Maîtres Invisibles de l’artiste algérien Rachid Koraïchi : 35 bannières imprégnées de la tradition soufie complétées par sept grandes sculptures symbolisant la présence de priants.

Quant au Kwerk Lounge, l’espace VIP de la foire, il a été conçu comme un écrin précieux protégé par vingt-quatre masques-totems de près de trois mètres de haut en polystyrène résiné, déstructurés et ajourés pour laisser filtrer la lumière.