ART | EXPO

The Real World

26 Mai - 22 Juil 2018
Vernissage le 26 Mai 2018

L’exposition « The Real World » au SHED, dévoile un ensemble de sculptures et de bas-reliefs de Bevis Martin et Charlie Youle qui offre une plongée dans le monde des adultes tel qu’il est perçu par les enfants. En reproduisant en volume des dessins d’écolier, le duo d’artistes britanniques transmet toute l’inquiétante étrangeté que revêtent les adultes dans le regard enfantin.

L’exposition « The Real World » au SHED, centre d’art contemporain de Normandie, présente un ensemble de sculptures de Bevis Martin et Charlie Youle inspiré par les dessins scolaires d’un écolier. De la confrontation entre la fantaisie enfantine et la contrainte scolaire naissent des formes imparfaites, étranges, parfois inquiétantes.

 « The Real World » : le monde des adultes vu par les enfants

Le titre de l’exposition, « The Real World », renvoie à l’enfance de Bevis Martin et Charlie Youle, lorsque cette expression désignait pour eux le monde des adultes, sa dure réalité, sa sévérité et son austérité, auxquels s’opposait celui dans lequel eux évoluaient, plein de légèreté et de fantaisie des enfants. A travers ce titre s’exprime l’enjeu des nouvelles œuvres du duo d’artistes britanniques : retrouver leur regard et leurs sentiments d’enfants face au monde mystérieux des adultes.

Fruits d’une résidence au SHED, l’ensemble créé par Bevis Martin et Charlie Youle a pour source le carton à dessins d’un garçon de 11 ans que les artistes ont trouvé sur un marché aux puces de Nantes il y a plusieurs années. Les exercices qu’il renfermait, travaux portant sur la théorie des couleurs, les compléments, les mélanges, le nuançage, la perspective, le volume ou encore la mise en distance trahissait la réticence et l’individualité de l’écolier.

 Bevis Martin et Charlie Youle reproduisent en volume des dessins d’enfant

Les dessins du jeune  garçon, ont été reproduits en volume par Bevis Martin et Charlie Youle, sous la forme de sculptures ou de bas-reliefs, à partir de matériaux rudimentaires. Sont ainsi déployées de gigantesques figures dont la démesure, l’opacité et la réduction à des silhouettes reflètent le regard porté par les enfants sur les adultes comme des entités impénétrables, oppressantes, voire menaçantes. Une plongée d’adultes dans le monde des enfants, en miroir de la fantaisie enfantine contrainte à des exercices adultes…