DANSE | SPECTACLE

Betroffenheit

29 Mai - 02 Juin 2017

Le Théâtre de la Colline présente Betroffenheit de Crystal Pite, un spectacle de théâtre dansé s’inspirant d’un drame personnel, la perte d’un enfant.

En partenariat avec le Théâtre de la Ville, le Théâtre de la Colline présente Betroffenheit de la chorégraphe canadienne Crystal Pite. A cette occasion, Crystal Pite s’associe à Jonaton Young, directeur de l’Electric Company Theatre. Pièce radicalement différente de The Season’s Canon, alors présentée par le Ballet de l’Opéra de Paris, Betroffenheit est une incursion dans le théâtre dansé inspirée d’un drame, la perte d’une enfant.

Betroffenheit : stupeur de la perte

Pièce écrite pour six danseurs et créée en 2015, Betroffenheit retranscrit sur scène le drame personnel de Jonathon Young qu’accompagne la perte de sa fille dans un incendie. Et ce dernier de se demander : «Comment puis-je transformer en art le drame qui m’est arrivé dans la réalité ?» Betroffenheit est donc en quelque sorte un spectacle cathartique dont le texte a été entièrement écrit par Jonathon Young qui, sur scène, joue lui-même le rôle de cet homme traumatisé par la perte de son enfant.

Mais Betroffenheit, de manière significative, ne s’attache aucunement aux détails de la vie de Jonathon Young. La pièce de Crystal Pite ne s’attache qu’à l’événement même de la perte et à sa conséquence première qu’est le traumatisme subi par le principal protagoniste, Jonathon Young lui-même. Betroffenheit, son nom l’indique, ne retient que la stupeur, l’effroi paralysant de la perte et conduit le spectateur à partager les états d’âme du personnage principal sous la forme d’un dialogue obsessionnel avec soi-même qui oriente l’ensemble de la pièce.

Betroffenheit

Betroffenheit tente d’abord de traduire l’enfermement dans la douleur, la première partie du spectacle se déroulant dans une pièce aux murs blancs dont Jonathon Young semble incapable de s’échapper. Marchant ou assis, celui-ci se lance dans un dialogue avec une voix d’homme, en une tentative, vaine peut-être, de rationaliser ses propres affects. Dès lors, entreront successivement sur scène d’autres danseurs dont la gestuelle représente exprime les angoisses du personnage principal. Autant de personnages grimaçants ou brutaux qui l’assaillent, le harcellent, sans qu’aucun répit ne lui soit laissé.

Crystal Pite ne manque pas de souligner à propos de sa pièce : «Même si l’histoire personnelle de Jonathan à été le moteur de la création de Betroffenheit, nous nous sommes employés à rendre cette idée universelle. Nous ne nous apitoyons pas, nous posons des questions».