ART | EXPO

On peut le faire

07 Juil - 04 Nov 2018
Vernissage le 07 Juil 2018

L’exposition « On peut le faire » réunit à la Fondation du doute de Blois des œuvres inédites ou rarement montrées de Ben Vautier : des peintures revisitées, des schémas, des textes et des installations propices au débat et à la réflexion autour de la liberté d’expression et du potentiel créatif de chacun.

L’exposition « On peut le faire » à la Fondation du doute, à Blois, rassemble des œuvres rarement ou jamais présentées de Ben Vautier et des créations issues de sa résidence à Blois en juillet.

« On peut le faire » : Ben Vautier relance le débat sur la liberté d’expression

Dans le cadre d’une année 2018 que la Fondation du doute à consacre à Ben Vautier, l’artiste effectue au mois de juillet une résidence à Blois, ville à laquelle il est étroitement lié, notamment à travers la création en 1995 du Mur des mots, une façade des écoles de musique et d’art sur laquelle sont fixées des plaques émaillées reprenant ses principaux tableaux-écritures des années 1960 aux années 1990, et celle, en 2013, de la Fondation du doute, qui détient la plus importante collection d’œuvres du mouvement Fluxus d’Europe.

L’exposition « On peut le faire » s’inscrit dans un programme qui l’accompagne de conférences, de débats, de concerts, de performances et de projections de films. Conçue par Ben Vautier lui-même, elle réunit des œuvres rarement ou jamais montrées et des réalisations issues de sa résidence.

« On peut le faire », affirmation représentative du mouvement Fluxus, est au cœur du questionnement qui guide l’exposition. Les œuvres de Ben Vautier ont pour but de continuer à nourrir le débat que l’artiste a toujours porté sur la liberté d’expression, le potentiel créatif que chaque être humain détiendrait et sur la capacité de chacun à inventer sa vie.

Ben Vautier poursuit les interrogations du mouvement Fluxus

Le parcours de l’exposition est réparti en quatre parties intitulées « Pour un collectionneur pauvre », « L’engrenage », « Dix tables de questionnement » et « Le carré des débats ». La première partie se présente comme une vaste galerie de tableaux, créée spécialement pour l’occasion par Ben Vautier qui revisite avec humour les œuvres de peintres célèbres pour des collectionneurs qui n’auraient pas les moyens de s’offrir les originaux. Il en résulte plus d’une cinquantaine d’imitations, systématiquement annotées : Le Picabia du pauvre, Le Murakami du pauvre, Le Richter du pauvre, Le van Gogh du pauvre, etc.

La deuxième partie, faisant face à la première, présente un tableau monumental de plus de six mètres de long qui reformule  la théorie de l’évolution sous la forme d’une succession d’engrenages où événements mondiaux et individuels, des guerres aux divorces, se côtoient. Les tables de questionnement de la troisième partie sont des tables-jeux thématiques sur lesquelles des objets et des mots s’assemblent pour révéler les points faibles des sociétés  humaines : le mensonge, le vide, la gloire, la mort… Enfin, le carré des débats offre un espace propice à la discussion avec d’autres visiteurs, inspirée par les réflexions et interrogations de Ben Vautier inscrites sur les murs et diffusées par un téléviseur, mais aussi par des images, textes et livres mis à disposition.