ART | EXPO

Beautiful Africa

08 Avr - 10 Juin 2017
Vernissage le 07 Avr 2017

L’exposition « Beautiful Africa » à la galerie marseillaise du 5e réunit les œuvres de neuf artistes qui vivent et travaillent entre l’Afrique, l’Europe et les Etats-Unis. A travers des installations, vidéos, sculptures, photographies, dessins et peintures se dévoile l’extrême diversité de l’art africain.

L’exposition « Beautiful Africa » à la galerie du 5e, à Marseille, rassemble les œuvres de neuf artistes issus du continent africain. Installations, vidéos, sculptures, photographies, dessins et peintures offrent un panorama varié et critique de l’Afrique.

Entre traditions ancestrales et grande modernité

Le parcours se veut autant un voyage d’agrément à travers l’Afrique, en particulier sub-saharienne, qu’une observation politique et critique de l’histoire et de la situation actuelle de ce continent. En réunissant des œuvres d’artistes maghrébins, nigérians, maliens, congolais et d’origine africaine, l’exposition entend mettre en lumière l’extrême diversité de l’art de ce continent immense qui mêle traditions ancestrales et grande modernité.

Les peintures d’Eddy Kamuanga llunga fixent les signes distinctifs d’une culture en voie de disparition, celle des Mangbetus, un peuple d’Afrique centrale qui est présent dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Les voyages de l’artiste donnent lieu à des portraits photographiques qui sont ensuite déclinés en tableaux, formant une œuvre de témoignage très précise. Dans les images atemporelles d’Eddy Kamuanga llunga, les éléments typiques de la culture urbaine congolaise comme les nouvelles technologies et la mode se mêlent aux architectures, aux outils et aux morphologies propres aux Mangbetus.

Entre travail documentaire et démarche artistique

Autre artiste congolais, Sammy Baloji exprime à travers ses photographies et vidéos les bouleversements que connaît son pays. Son œuvre entre travail documentaire et démarche artistique rend notamment compte de l’héritage industriel et culturel de la République Démocratique du Congo, des dégâts causés par l’extraction de minerais précieux qui sont utilisés dans les objets électroniques ou encore des massifs investissements qu’effectue la Chine en Afrique.

Les sculptures textiles d’Abdoulaye Konaté exploitent de façon exhaustive les possibilités de ce matériau. Teints, découpés, et cousus, les tissus finissent par former une surface dans laquelle s’inscrivent des motifs et excroissances. Le jeu sur les plis, les volumes et les creux génère des illusions d’optiques et des formes quasi abstraites qui renvoient aux symboles utilisés par les sociétés secrètes maliennes. Créés avec des artisans maliens tels que des tisserands et des teinturiers, les sculptures d’Abdoulaye Konaté perpétuent et mettent en valeur l’héritage de son pays.

Telle une invitation au voyage, l’exposition révèle les multiples facettes de l’art africain et, à travers les œuvres d’artistes qui vivent et travaillent entre l’Afrique, l’Europe et les États-Unis, lève le voile sur ses relations avec les autres continents.