DANSE | SPECTACLE

Avant le ciel

14 Déc - 16 Déc 2016
Vernissage le 14 Déc 2016

L’atelier de Paris Carolyn Carlson présente en avant-première la pièce de Philippe Jamet, Avant le ciel. En faisant se répondre courtes séquences filmées et chorégraphie, Philippe Jamet s’efforce de restituer sur scène la courbe intime d’existences individuelles.

Entre danse et installation vidéo, Avant le ciel continue et conforte un travail d’enquête entrepris de longue date qui tente de rapprocher danse et existences individuelles. « Avant le ciel, précise Philippe Jamet, s’inscrit dans le prolongement de mes préoccupations, de mes doutes, de mes empêchements, de mes désirs et la possibilité de créer et partager. » Sur scène, un dialogue s’ouvre alors, laissant paraître l’intimité de vies privées.

De la vie à la scène

Dans sa nouvelle pièce, Avant le ciel, Philippe Jamet poursuit sans relâche un véritable travail d’investigation auprès de personnes anonymes dont il recueille systématiquement propos, impressions et réflexions. Il va à leur rencontre, les interroge et les filme pour créer ensuite ses chorégraphies. Depuis Traces en 1995, son premier spectacle participant d’une telle démarche, Philippe Jamet a écrit une douzaine de pièces, réalisé plus de vingt films et rencontré, estime-t-il, 2500 personnes. Cette démarche singulière qui le conduit ultimement à lier étroitement danse et vidéo, trouve ainsi à être résumée : « J’ai eu la sensation d’être au plus proche de la vie, de l’autre, de moi, et ainsi de pouvoir me reconnaître et reconnaître l’autre. »

Avant le ciel

 Avant le ciel tente de répondre à une seule question : « Qu’est-ce qui est important pour vous d’un point de vue intime aujourd’hui ? » Question que Philippe Jamet a posée à des inconnus rencontrés à Bourges, Saint-Etienne du Rouvray ou Evry. Les réponses recueillies sont autant de témoignages d’existences particulières, chacun représentant une courte séquence filmée de trois minutes.

Loin d’être des portraits, ces brèves séquences veulent restituer l’intime immédiateté d’une vie particulière puisque chaque participant volontaire est filmé dans la rue, chez soi, écrivant la question sur une feuille de papier, avant d’y répondre oralement. Mais la réponse donnée n’est pas entièrement contenue dans une vidéo puisque chacun est aussi invité à improviser quelques pas de danse en forme de réponse.

Paroles et gestes ainsi rassemblés servent de matière aux danseurs qui doivent ensuite s’inspirer des paroles et des mouvements de ces « amateurs » pour créer leurs chorégraphies, et donner sens et consistance au spectacle. Avant le ciel instaure donc un véritable dialogue entre film et danse, entre vies particulières et chorégraphie.