logo
141115CracSeteArchipel
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | EDITORIAL

Johannes Norlander, <em>Villa Palladio</em>, Suède, 2012. Maquette. Courtesy Villa Noailles, © Johannes Norlander<br /><br><br><br />
Qui a droit à l'art?
01 fév. 2013
Numéro 406
L'émotion a été vive lors du dernier «Printemps des arts» de Tunis après l'assaut d'un commando d'islamistes fanatiques au cours duquel des œuvres ont été endommagées. Aux yeux des vandales, ces œuvres étaient triplement inacceptables: politiquement subversives, offensantes pour la religion, et… créées par des femmes. Au Mali, d'autres islamistes ont annexé le pays en détruisant des statues séculaires, joyaux de la culture malienne, tandis qu'hier ils faisaient retraite… en détruisant de précieux manuscrits. En Russie, le «droit à l'art» est garanti, à condition d'en faire bon usage, comme l'ont appris à leurs dépens les Pussy Riot. Quant à la France, une nouvelle condition vient d'être posée (au musée d'Orsay) pour avoir «droit à l'art»: il faut sentir bon…
fleche suivante1/3
Share to Facebook Share to Twitter
imprimer
Par André Rouillé

Lors du dernier «Printemps des arts» de Tunis l'émotion a été vive après l'assaut d'un commando d'islamistes fanatiques au cours duquel des œuvres ont été délibérément endommagées. Aux yeux des vandales, ces œuvres étaient triplement inacceptables: politiquement subversives, offensantes pour la religion, et… créées par des femmes. Trois motifs qui, à la croisée de l'extrémisme et de la religion, ont donc suffi pour que soit bafoué le «droit à l'art» des artistes comme des spectateurs. Ailleurs, au Mali, d'autres islamistes ont annexé le pays en détruisant des statues séculaires, joyaux de la culture malienne, tandis qu'hier ils faisaient retraite… en détruisant de précieux manuscrits. A l'annexion et à la désertion, la culture et à l'art ont été visés. En Russie, le «droit à l'art» est garanti, à condition d'en faire bon usage, comme l'ont appris à leurs dépens les Pussy Riot.
Quant à la France, une nouvelle condition vient d'être posée pour avoir «droit à l'art»: il faut sentir bon… Faute de quoi, on risque la reconduite musclée à la sortie, comme la pratique à merveille les vigiles du musée d'Orsay.

L'art n'a pas toujours occupé dans la société la place qu'on lui connaît aujourd'hui. Après avoir été longtemps un privilège aristocratique, puis l'apanage des classes bourgeoises aisées, il est progressivement descendu dans la hiérarchie sociale au rythme des affirmations et aléas de l'idéal démocratique, ainsi que de l'essor des loisirs et… de l'économie de marché. Après le Front populaire, Jean Vilar, fondateur du Festival d'Avignon (1947) puis directeur du TNP (Théâtre national populaire), a été un ardent défenseur de la popularisation du théâtre vivant, de la démocratie culturelle, et un fervent avocat de «l'élitisme pour tous».
Au fil des années, en France au moins, un «droit à l'art» s'est ainsi affirmé. Droit plus formel que réel, soumis aux vicissitudes de la vie politique et aux évolutions de la société.

André Malraux a été l'une des figures de ce sinueux parcours du «Droit à l'art». Mais son apport incontestable, en particulier celui des Maisons de la culture en 1961, se conjuguait avec une conception plutôt restrictive du droit d'accès à l'art. S'il affirmait vouloir «rendre accessibles les œuvres capitales de l'humanité, et d'abord de la France, au plus grand nombre possible de Français», ses intentions n'étaient que très mollement populaires et démocratiques. Et surtout, elles reposaient sur une conception erronée selon laquelle les grandes œuvres agiraient à elles seules sur les spectateurs, par contact direct, sans la médiation d'un savoir préalable ou d'une pédagogie, sans distinction sociale ni de limites temporelles et culturelles.

Croyant aux universaux de l'art, à la magie des œuvres, André Malraux était trop idéaliste, trop élitiste, et politiquement trop éloigné du peuple, pour défendre un droit populaire et démocratique à l'art, et pour admettre les mécanismes d'accès aux œuvres que Pierre Bourdieu décrira dans son livre L'Amour de l'art. Aux antipodes de Malraux, Bourdieu mobilise les outils de la sociologie pour soutenir que les contacts directs avec les œuvres ne peuvent être féconds qu'à la condition de «s'exercer sur des sujets que l'action systématique et prolongée de l'Ecole a préparés à en subir l'effet». Il précise en outre, à l'encontre des Maisons de la culture, que l'institution scolaire est la seule capable de «développer chez tous les membres de la société sans distinction l'aptitude aux pratiques culturelles».

Enfin, à la différence de cet idéal de «culture pour tous», voire d'«élitisme pour tous» cher à Jean Vilar, Malraux s'est prononcé en faveur d'une «culture pour chacun». Selon lui, «dans l'un des cas, il s'agit, en aidant tout le monde, de faire que tout le monde aille dans le même sens; dans l'autre cas, il s'agit que tous ceux qui veulent une chose à laquelle ils ont droit puissent l'obtenir» (Assemblée nationale, 27 oct. 1966).
Par delà le mode binaire de sa pensée, le célèbre ministre-écrivain confirmait là, et approuvait, que «tout le monde» n'a pas droit à la culture, et que son action ministérielle se limitait à satisfaire seulement l'élite les détenteurs légitimes de ce «droit». Il révélait le sens de son action: ne pas chercher à élargir le périmètre social du «droit» à l'art et à la culture, ...
fleche suivante1/3



ANNONCES


141215Le104Koning
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141204MacValTaniaMouraud
141120Limoges
141104Le104OrtizSpricigo


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Ministère de l’éducation et de la recherche économise sur le budget de l’ESAV Toulouse: une pétition en ligne.
puce rouge  Direction de l’ENSA de Bourges, l’épilogue: Hilde Teerlinck se retire et publie un communiqué
puce rouge  Plateforme, menacée de fermeture en 2015
puce rouge  Coupes budgétaires: la biennale de Bourges annulée, la Scène Nationale d’Orléans dans le viseur. (MAJ)
puce rouge  Des étudiants en vente sur Ebay pour protester contre la fermeture de la Haute Ecole d'Art de Perpignan
puce rouge  A partir de 2016, le Centre Pompidou consacrera un espace d’exposition aux quatre finalistes du prix Marcel Duchamp
puce rouge  Exhibit B ne porte pas atteinte à la dignité de la personne humaine
puce rouge  Lancement du numéro zéro de la revue Facettes par 50° nord
puce rouge  L’hécatombe continue: le Wharf fermé, le Lieu Commun menacé, le Frac Normandie en suspens
puce rouge  La polémique «Exhibit B»: le théâtre Gérard Philippe et le CentQuatre face à la violence des protestations
puce rouge  Après le Forum, le CAC-Bretigny, La Panacée et Les Eglises menacés: l’hécatombe des lieux d’art.
puce rouge  Ce 22 novembre 2014, décès du photographe américain Lewis Baltz
DIAPORAMA

David Renggli, Strippen für piepen in dunkel, 2010. Métal, peinture. 110 x 80 x 90 cm
Dan Safer, Vicious Dogs on Premises, création 2008. Pièce pour 4 performeurs.
Michel Blazy, Pizza, 2012.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales