logo
141031Fotofever
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | EDITORIAL

Arnaud Vasseux, <em>Sans titre (Calade)</em>, 2010. Sculpture plâtre teinté. 69 x 74 x 105 cm. Réalisation Cassable In-Vivo From Point to Point. © Arnaud Vasseux<br /><br><br><br />
Objets et nuages: insistances de la matière
30 mai 2013
Numéro 417
C'est peut-être l'apanage des périodes troublées que d'accroître la valeur signifiante des choses et des évènements, que de faire émerger en tous points du tissu social des signes des bouleversements en cours. Aussi peut-on tenter de déceler au travers de certaines expositions récentes, ou de récurrences thématiques, des fragments de discours sur l'époque. Non pas des propos concertés de la part des artistes et des curateurs, mais plutôt un ensemble d'expressions sédimentaires et de résonances captées par bribes au fil des expositions par les spectateurs, et tressées par eux jusqu'à dégager quelques figures possiblement emblématiques de l'époque.
fleche suivante1/3
Share to Facebook Share to Twitter
imprimer
Par André Rouillé

C'est peut-être l'apanage des périodes troublées que d'accroître la valeur signifiante des choses et des évènements, que de faire émerger en tous points du tissu social des signes des bouleversements en cours. Comme si l'intensité de ce qui agite la société et le monde débordait de toute part et s'imprimait en toute chose. A cet égard, l'art contemporain, en tant que capteur de signes, que sismographe social, serait un terrain privilégié de transcription et d'expression des grands phénomènes de l'aujourd'hui. D'autant plus que cette sensibilité à l'aujourd'hui chaotique est l'un des traits de l'art contemporain, à la différence de l'art moderne, qui, lui, était beaucoup plus orienté vers l'infini des devenirs.

Aussi peut-on tenter de déceler au travers de certaines expositions récentes, ou de récurrences thématiques, des fragments de discours sur l'époque. Non pas des propos concertés, ni des messages proférés par des artistes et des curateurs depuis des musées et des galeries, mais plutôt un ensemble d'expressions sédimentaires et de résonances captées par bribes au fil des expositions par les spectateurs, et tressées par eux jusqu'à dégager quelques figures possiblement emblématiques de l'époque.

Alors que depuis quelques décennies déjà on ne cesse, dans le sillage de l'art conceptuel et performatif, de parler de «dématérialisation», et que l'antienne se voit considérablement relancée par l'essor des réseaux numériques, voici que la très importante exposition «Poétique d'objets» (Lieu d'art et action contemporaine de Dunkerque), ainsi que celle de François Curlet (Palais de Tokyo), viennent affirmer de façon magistrale cette évidence que ni les objets, ni la matière, n'ont déserté l'art et le monde. Bien au contraire, nous vivons sans doute plus que jamais, en art et au quotidien, avec et parmi les objets.
Le règne des objets prospère dans une frénésie de consommation stimulée par la publicité et une obsolescence programmée, c'est-à-dire dans le cadre d'une hégémonie grandissante de l'économie de marché qui n'épargne plus ni l'art ni nos corps eux-mêmes devenus objets, marchandises et machines…

Il n'y a donc pas de «dématérialisation» du monde et de l'art, mais une conjonction de phénomènes: un accroissement considérable du nombre des objets matériels et des désirs d'objets; l'émergence d'états nouveaux de matières, souvent plus fluides et plus légères, notamment numériques; une délocalisation accrue des lieux et des agents de production des objets vers des pays à faible coût du travail, laquelle délocalisation peut être perçue en Occident comme un effondrement, ou une amputation, du règne des objets.

Cependant, une performance n'est pas moins matérielle qu'une sculpture en marbre, elle mobilise seulement des états différents de matière: des corps, des lieux, du mouvement, et… des photos et vidéos pour s'inscrire dans le marché de l'art. Si une sculpture s'oppose à une performance, ce n'est pas en raison d'une supposée «dématérialisation», mais à hauteur des différences de matériaux mobilisés par l'une et par l'autre.

La notion de «dématérialisation» est apparue dans les années 1970 dans le sillage de l'emploi croissant de la photographie aux sels d'argent en tant que matériau de l'art contemporain, alors qu'elle était encore perçue comme une «image sans matériau» par ceux qui ont (longtemps) pris la peinture comme le parangon de l'art. Mais la photographie est aujourd'hui à son tour largement concurrencée par le matériau numérique plus léger et plus labile, sans que, là encore, il ne s'agisse d'un processus de «dématérialisation».
En effet, le numérique n'abolit ni la matière ni les objets, il consiste en un nouvel état de matière assorti à de nouvelles catégories et de nouveaux usages d'objets (ordinateurs, tablettes, téléphones, écrans, réseaux, fibres, etc.)

La notion de «dématérialisation» notamment appliquée pour décrire certains passages de la peinture à la photographie, puis au numérique, présente le grave inconvénient d'être entachée d'une tonalité nostalgique de perte, de dégradation d'un état originel essentialisé. Comme si la peinture, le bronze ou le marbre étaient les matériaux originaires et naturels de l'art, par rapport auxquels toute innovation équivalait à une détérioration ou une dégénérescence, surtout quand les nouveaux matériaux, tels que la photographie au XIXe siècle, sont d'origine industrielle.
fleche suivante1/3



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Mort du photographe américain David Armstrong
puce rouge  Jean-Luc Vilmouth nommé Directeur du département des Etudes aux Beaux-Arts de Paris
puce rouge  Nomination de Christian Rizzo à la tête du CCN de Montpellier-Languedoc-Roussillon
puce rouge  Camille Blatrix, 16e Prix Fondation d'entreprise Ricard
puce rouge  Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
DIAPORAMA




pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales