logo
140628SerignantRossonCrow
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | EDITORIAL

Ahlam Shibli, Sans titre (Death no. 4), Vieille ville, quartier  d&rsquo;al-Kasaba, Naplouse, 10 mars 2012, Palestine, 2011-2012. Tirage  chromogène. 38 x 57 cm.<br><br>Courtesy de l&rsquo;artiste, © Ahlam Shibli Jeu de Paume: terreur dans la culture
15 juin 2013
Numéro 419
L'exposition «Phantom Home» de l'artiste palestinienne Ahlam Shibli, au Jeu de Paume à Paris, donne lieu à de vives réactions de la part de certains secteurs de la communauté juive, en particulier du Crif qui dénonce une «apologie du terrorisme». Après des protestations officielles adressées à la directrice du musée et à la ministre de la Culture, une véritable offensive s'est enclenchée: clameurs dans les réseaux sociaux, appel à manifester devant le musée, déferlement d'e-mails et d'appels téléphoniques insultants. Et maintenant: alerte à la bombe, et menaces de mort. Halte à la terreur contre la culture!
fleche suivante1/2
Share to Facebook Share to Twitter
imprimer
Par André Rouillé

L'exposition «Phantom Home» de l'artiste palestinienne Ahlam Shibli, qui vient d'ouvrir au musée du Jeu de Paume à Paris, donne lieu à de vives réactions de la part de certains secteurs de la communauté juive, en particulier du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) qui dénonce une «apologie du terrorisme». Lettre ouverte à la directrice du Jeu de Paume, ainsi qu'à la ministre de la Culture; prises de positions enflammées traduites en plusieurs langues afin d'alerter la presse internationale; clameurs dans les blogs et les réseaux sociaux; et bien sûr appel à une manifestation devant le musée, etc.

Mais plus grave encore: le Jeu de Paume a été victime d'une alerte à la bombe, l'équipe est assaillie de milliers d'e-mails et d'appels téléphoniques insultants. Quant à la directrice, elle a reçu des menaces de mort par e-mail et par téléphone. Ceci est très grave. Inadmissible. Les contempteurs les plus officiels, et au plus haut niveau, de l'exposition seraient bien inspirés de condamner cette terreur contre la culture. En France comme ailleurs, la culture est et doit rester un espace de liberté sans entraves: liberté de critiquer, de débattre, de créer, de penser. Mais dans le respect absolu de l'autre. La culture et la pensée sont les premières victimes de la terreur.

Dans l'outrance les propos s'égarent: il n'est pas question de l'œuvre, de ses problématiques, de ses orientations esthétiques, ou de son régime de sens. Ni l'art, ni bien sûr le débat, et moins encore le dialogue et la démocratie, n'ont ici leur place.
La complexité, la subtilité, la sensibilité, et la haute intelligence esthétique des œuvres ne sont pas prises en compte; ni le fait que l'œuvre d'Ahlam Shibli est irréductible à un plat document, étrangère à toute démarche univoque de propagande partisane; ni cette évidence qu'elle ne se limite pas à la Palestine et aux Palestiniens.
Dans la présente exposition figurent en effet des séries sur l'exil forcé des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) originaires de pays orientaux, et sur des orphelinats d'enfants polonais. Quant à la série «Trauma», qui se situe à Tulle, en Corrèze, elle montre comment des hommes touchés par le massacre perpétré dans la ville par les nazis en juin 1944, ont par la suite eux-mêmes pris part aux guerres coloniales françaises.

En fait, la querelle qui est faite au musée du Jeu de Paume, à sa directrice et à l'artiste Ahlam Shibli, concerne principalement la série «Death» (Palestine 2011-2012) qui s'inscrit dans le cadre de la résistance que la population palestinienne oppose au pouvoir israélien dans les territoires occupés. Après la deuxième Intifada, qui débute en 2000, et suite à l'opération israélienne «Plomb durci» en décembre 2008, qui a fait plus d'un millier de morts palestiniennes à Gaza, une nouvelle phase dans la lutte s'est engagée: «La résistance va se poursuivre par des opérations suicides», a déclaré alors un responsable du Hamas en exil.
Dès lors, le combat ne se mènera plus seulement avec des armes traditionnelles, mais au moyen de «bombes humaines»: des femmes et des hommes bardés d'explosifs qui se feront délibérément exploser dans des lieux fréquentés de villes israéliennes afin de tuer le plus possible de civils…

Ces «opérations suicides» atteignent à l'horreur absolue. Du côté israélien, elles ciblent des civils sans défense, et créent un climat de terreur permanente. Du côté palestinien aussi, elles installent dans la société ce funeste paradoxe que, pour des jeunes notamment, la mort est devenue le seul avenir, la seule raison de vivre…

Il n'est pas ici question de prendre parti, ni d'énumérer les torts et responsabilités, ni de comparer les degrés de souffrance. Dans la situation paroxysmique qui prévaut dans la région, les actes inadmissibles, tels que ceux de cibler et de tuer délibérément et lâchement des civils israéliens, répondent aux conditions intolérables auxquelles est soumis le peuple palestinien.
Quand l'inadmissible et l'intolérable s'enchainent inéluctablement en dépit des condamnations les plus nettes réitérées de toutes parts, y compris des plus hautes autorités internationales, quand la violence défie la raison et fait vaciller le sens, l'art peut (peut-être) ouvrir des brèches, tracer des perspectives sensibles.

On connaît à cet égard l'émouvante vidéo-performance Barbed Hula que l'artiste israélienne Sigalit Landau a réalisée en 2001. Nue sur une plage au sud de Tel Aviv à quelques encablures de Gaza, elle fait du hula hoop, le dos face à la mer. Non pas avec un hula hoop ordinaire, en plastique, mais en fil de ...
fleche suivante1/2



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



140707LyonBiennaleDanse
ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA

Julien Clauss, exposition «Isotropie de l&rsquo;ellipse tore», 2013.
Tobias Kaspar, Approx (Portrait), 2012. Silver gelatin print, framed. 69 x 52,5 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales