ART | EXPO

Approximation linéaire

16 Nov - 14 Jan 2017
Vernissage le 10 Nov 2016

L’exposition « Approximation linéaire » à l’espace d'art contemporain lyonnais La BF15 présente la dernière création d’Esther Stocker. Lignes et grilles envahissent tout l’espace pour offrir une expérience immersive qui met à l’épreuve notre perception.

L’exposition « Approximation linéaire » à l’espace d’art contemporain lyonnais La BF15 dévoile une réalisation in situ d’Esther Stocker.  L’ensemble d’œuvres proposé par l’artiste italienne offre une interprétation personnelle du thème mis à l’honneur cette année par La BF15 : la trame.

Une installation où lignes et grilles bouleversent la perception

L’installation d’Esther Stocker investit l’espace dans son intégralité, couvrant toutes ses surfaces, selon la démarche habituelle de l’artiste. Tableaux, sculptures et peintures couvrant le sol se complètent pour former un ensemble homogène fait de lignes et de grilles noires et blanches. L’œuvre use de la linéarité et de l’ordre apparent qui domine les motifs géométriques répétés pour mieux remettre en question l’illusion qui guide notre perception.

Aux murs se succèdent de larges tableaux. Sur l’un d’eux, une simple grille blanche sur fond noir, sur un autre, la même grille divisée en rectangles qui s’imbriquent entre eux en subissant une inclinaison qui perturbe la perception visuelle. Une déstabilisation des repères qu’accentue l’envahissement de tout l’espace, du sol au plafond, par des tracés répétitifs. Les motifs de lignes et de grilles épousent la structure même du bâtiment : des bandes noires tracées au sol, se prolongent sur les murs jusqu’à atteindre le plafond. Les bandes s’interrompent aléatoirement et parfois se prolongent en une sculpture qui leur fait quitter la surface du sol pour former un angle en volume.

Le motif géométrique occupe l’espace pour offrir une expérience immersive

La grille, motif récurrent de l’œuvre d’Esther Stocker, est ici amenée à des proportions monumentales, offrant une expérience immersive qui met à l’épreuve notre perception de l’espace et de notre propre corps. Fondée sur un motif géométrique d’une grande rigidité, l’installation parvient à le détourner pour brouiller les limites entre peinture et sculpture et contrecarrer la fixité des formats. Sa plasticité dynamique donne lieu à une abstraction pleine de poésie.