ART | EXPO

Your Brain Is My Bedroom

08 Déc - 13 Jan 2018
Vernissage le 07 Déc 2017

L’exposition « Your Brain Is My Bedroom » à la galerie Les filles du calvaire, à Paris, rassemble autour d’une œuvre vidéo d’Ange Leccia les sculptures, installation et performance de cinq artistes émergents avec, pour fil rouge, l’érosion de la frontière entre espace domestique et sphère publique.

L’exposition « Your Brain Is My Bedroom » à la galerie parisienne Les filles du calvaire explore la notion d’espace domestique à travers les œuvres de cinq artistes contemporains. Vidéo d’Hoël Duret, installation sonore d’Emma Dusong, sculpture de Florian Mermin, performance du collectif Nidgâté et installation vidéo d’Ange Leccia illustrent la porosité moderne entre vie privée et sphère publique.

L’exposition « Your Brain Is My Bedroom » explore l’espace domestique

Devenant pour l’occasion commissaire d’exposition, l’artiste Ange Leccia met à l’honneur quatre artistes émergents et dialogue lui-même avec la jeune création en proposant une œuvre personnelle. Avec le titre « Your Brain Is My Bedroom » (Ton cerveau est ma chambre à coucher) s’exprime de façon directe le renversement subi par la notion d’espace privé dans le monde contemporain.

Autour d’Ange Leccia, cinq artistes contemporains évoquent les fissures de l’intime

L’exposition réunit des œuvres qui évoquent la sphère domestique en utilisant une multitude d’objets et d’images issus de la vie quotidienne qui semblent les rattacher au confort d’une maison protectrice : un bac à linge, un aquarium, une chaise à bascule ou encore un jardin… Cependant, dans chacune des œuvres, l’évocation de ce qui pourrait être un cocon isolé du monde extérieur est faussée par des détails contradictoires, des décalages et détournements qui représentent autant de fissures aujourd’hui infligées à l’intimité.

« Your Brain Is My Bedroom » : Ton cerveau est ma chambre à coucher, ou la fin de la sphère privée

Ainsi, la sculpture en céramique émaillée intitulée Gourmandise de Florian Mermin reprend la forme la plus simple qui soit d’une maison, mais la matière dans laquelle celle-ci est sculptée lui donne l’aspect d’un tas de limaces. L’installation Porte d’Emma Dusong isole une porte au milieu d’une pièce, qui s’ouvre et se referme sur une œuvre vocale interactive. Tout au long du parcours, le principe de l’habitation comme lieu de protection de l’intime est ainsi remis en question