ART | EXPO

Ancestors

20 Mai - 29 Juil 2017
Vernissage le 20 Mai 2017

L’exposition « Ancestors » à la galerie Xippas, à Paris, dévoile de nouvelles peintures de Karishma D’Souza. Partagées entre vision politique et vision poétique, les œuvres de l’artiste indienne mettent en lumière les sombres réalités sociales de son pays, tout en les sublimant par une vision quasi mystique qui tend à retrouver l’universel.

L’exposition « Ancestors » à la galerie parisienne Xippas présente des tableaux de Karishma D’Souza dans lesquels l’artiste indienne exprime toutes les contradiction et la violence des réalités politiques de son pays, tout en tentant de les sublimer par une vision poétique du monde.

Karishma D’Souza peint la situation politique de l’Inde

Les nouveaux tableaux de Karishma D’Souza dépeignent des paysages et des scènes d’apparence paisibles : on distingue dans celui intitulé Chai Stop: Sand Castles les images pastorales d’un arbre entouré d’herbe, dans Land Conversations, un paysage de bord de mer et dans The Republic des ouvriers en train de travailler sur une chaussée bordée de plantes. Pourtant, les peintures de Karishma D’Souza sont parsemées de références implicites à une réalité beaucoup moins paisible, la situation politique de l’Inde, marquée par des inégalités sociales aggravées par le développement économique et par un système de caste toujours bien vivant malgré un discours politique officiel qui le passe sous silence.

La démarche de Karishma D’Souza vise à mettre en images l’hypocrisie de la propagande nationale qui, depuis les années 1930, ne fait plus référence aux notions de castes ni d’intouchables et privilégie celle d’India Shining (L’Inde brillante) pour mettre l’accent sur les aspects positifs du développement industriel ? Ainsi, dans ses peintures récentes, Karishma D’Souza critique cette tendance en la parodiant par une lumière douce et sereine.

« Ancestors » : revenir à l’universalité des ancêtres

L’objectif majeur de la pratique de Karishma D’Souza n’est cependant pas d’exposer le contexte politique indien mais au contraire de le sublimer par le biais d’une transformation poétique. Les formes issues du réel politique sont dans ses toiles sublimées pour revenir à la pureté originelle du monde et à l’universel, autrement dit aux ancêtres, que l’on partage tous comme une mémoire collective qui porte les aspirations essentielles des hommes. Pour cela, ses œuvres adoptent une dimension quasi mystique qui s’inspire de textes littéraires occidentaux, de poésie soufie et des miniatures du Rajasthan.