ART | EXPO

Vost

24 Août - 07 Oct 2018
Vernissage le 24 Août 2018

L’exposition « Vost » à la galerie grenobloise Showcase dévoile deux sculptures réalisées en résidence par Aldric Lamblin, des pièces en céramique et en aluminium qui résultent d’un processus d’apprentissage empirique, d’une expérimentation sensorielle des matériaux et d’une démarche collaborative et conviviale.

L’exposition « Vost » à la galerie Showcase, à Grenoble, présente deux sculptures d’Aldric Lamblin, fruits d’une démarche empirique et sensorielle.

« Vost » : deux sculptures typographiques d’Aldric Lamblin

Les nouvelles œuvres présentées par l’artiste et designer graphique Aldric Lamblin dans l’exposition « Vost » marquent une approche inédite au sein de sa pratique jusque-là essentiellement consacrée à la typographie, à l’édition papier et au web design. C’est en effet cette fois vers la céramique qu’il s’est tourné, une discipline qu’il apprécie mais pratique rarement. Pour se familiariser avec des gestes peu habituels, Aldric Lamblin a bénéficié d’une résidence de deux semaines placée sous le signe de l’apprentissage empirique et de l’expérimentation.

Les notions d’apprentissage de techniques, d’authenticité des gestes, d’analyse sensorielle des matériaux, la collaboration et la convivialité sont au centre des nouvelles réalisations d’Aldric Lamblin. La phase de production importe ici autant que l’œuvre finale et le temps de la résidence a été consacré à l’apprentissage et l’expérimentation autour de la fonte d’aluminium. La démarche de l’artiste vise à privilégier un empirisme plus sensible que scientifique, qui repose sur l’observation et l’apprentissage à partir d’informations trouvées sur Internet.

Aldric Lamblin privilégie une expérimentation sensible des matériaux

Le choix des matériaux des deux sculptures d’Aldric Lamblin, l’aluminium et la céramique, s’inscrit dans son intérêt pour les changements d’état de la matière et pour la production industrielle la plus élémentaire. La forme sculpturale des œuvres est guidée par une typographie elle-même déterminée par l’utilisation d’un élément particulier, un câble électrique. Formant le lettrage, celui-ci conditionne la forme finale par ses caractéristiques : sa souplesse, sa résistance.

Plié dans un cadre de bois puis pressé dans la terre où il laisse son empreinte, le câble électrique matérialise une force extérieure, physique et manuelle, qui confère à la lettre sa forme finale. Aldric Lamblin a conçu deux sculptures, comme deux facettes de son procédé empirique : une en céramique peinte et émaillée, porteuse d’un savoir-faire artisanal traditionnel, et une en aluminium qui résulte de la fonte de canettes de bières bues par des personnes ayant côtoyé l’exposition au cours de la résidence.