DANSE | SPECTACLE

Kadamati

09 Sep - 09 Sep 2018
Vernissage le 09 Sep 2018 à partir de 15:00

Évènement public, Kadamati est une performance conçue par le chorégraphe britannique Akram Khan. Réunissant quelques sept-cents danseurs amateurs, Kadamati se déploiera sur le parvis de l’Hôtel de ville. Une commémoration pacifique et féconde du centenaire de l'armistice de 1918.

Chorégraphe britannique, Akram Khan cultive une danse contemporaine conviviale et ouverte sur l’altérité. Avec ces précédents spectacles Desh [terre natale] et Chotto Desh [Petit Pays], il avait par exemple proposé une vision onirique du déplacement. Pour un voyage entre Royaume-Uni et Bangladesh, à la recherche des origines, au fil de trajectoires tissant des imaginaires. Sans naïveté, mais avec poésie. Virtuose de la légèreté, Akram Khan a également dansé dans nombre de ses pièces. Avec son dernier solo, Xenos (2018) [étranger, en grec], Akram Khan met néanmoins un terme à sa présence sur scène. Pour mieux se consacrer au travail chorégraphique. Ce qui se conçoit, compte tenu de l’ampleur de sa pièce Kadamati, par exemple. Une performance chorégraphique qui mobilise plusieurs centaines de danseurs amateurs. Pour sa représentation parisienne, sur le parvis de l’Hôtel de ville, ce sont ainsi sept-cents danseurs qui porteront Kadamati.

Kadamati d’Akram Khan : 700 danseurs sur le parvis de l’Hôtel de ville

Kadamati, terre d’argile en bengali, réunit effectivement sept-cents danseurs du Grand Paris. Des personnes de tous horizons, tous âges, tous genres. Une réunion festive pour commémorer paisiblement le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale. Un vaste projet qu’Akram Khan a développé avec plusieurs partenaires. Le programme britannique 14-18 Now, consacré à la commémoration du centenaire ; le festival international d’Édimbourg (EIF) ; le Théâtre du Châtelet ; le Théâtre de la Ville, notamment. Présentée à Édimbourg le 23 août dernier, durant le festival, avec trois-cents danseurs, Kadamati va ainsi faire escale sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris. Un événement gratuit, en forme d’investissement de l’espace public. L’idée étant de rassembler les communautés dans un projet commun, autour de quelque chose de beau et fécond. Et ce, dans deux grandes villes européennes, sur fond de contexte sociopolitique troublé.

Une performance collective et massive : la création d’une expérience belle et pacifique

Expérience urbaine en plein air, expérience de l’espace public, expérience de la diversité créatrice… Kadamati a initialement été conçue pour Big Dance 2016. Soit l’ultime édition d’une biennale londonienne de danse (2006-2016). Tous les deux ans, Big Dance confiait ainsi la réalisation d’une performance chorégraphique publique, sur Trafalgar Square, à un créateur contemporain. En 2016, Akram Khan aura proposé les prémices de ce qu’est aujourd’hui Kadamati. Avec plusieurs centaines de danseurs. Vaste pièce sur la migration, le rassemblement, le déplacement, la rencontre, la création commune… Kadamati est portée par la musique du compositeur Nitin Sawhney — avec qui Akram Khan travaille régulièrement. Pièce collective et créatrice, Kadamati insuffle l’optimisme d’une union qui fait la force. Magnétique par la puissance du nombre, la pièce Kadamati attire et retient les spectateurs. Pour une expérience cathartique, à vivre par hasard, en passant, où à retrouver délibérément sur la parvis de l’Hôtel de ville.