logo
SerignanSeSouvenir
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


DESIGN | AGENDA.

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Wilfrid Almendra, John Armleder
Zones arides
24 nov.-05 janv. 2007
Vernissage le 00 00 0000
Paris 8e. Fondation d´entreprise Ricard
Conjointement présentée à la Fondation d'entreprise Ricard et au Lieu unique à Nantes, l'exposition «Zones arides», conçue par Patrice Joly, consiste en une tentative de re-création d'un paysage fragmenté en ses multiples interprétations, d'importation d'un bout de territoire américain en sol français: l'Arizona.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Wilfrid Almendra, John Armleder, Clairet & Jugnet, Aurélien Froment, Mathieu Mercier, Olivier Mosset, Morgane Tschiember et Chantal Akerman, Dominique Gonzalez-Foerster, Ange Leccia
Zones arides

«Zones arides» est né du désir d'un artiste globe-trotter, Olivier Mosset, de faire partager sa passion pour cette contrée mythique qu'est l'Arizona. Zones Arides réunit une dizaine d'artistes, résidents ou simples passagers pour former une scène transatlantique éphémère : Wilfrid Almendra, John Armleder, Clairet & Jugnet, Aurélien Froment, Mathieu Mercier, Olivier Mosset, Morgane Tschiember ainsi que Chantal Akerman, Dominique Gonzalez-Foerster Ange Leccia. Ils tentent de redessiner, via toutes pratiques autorisées (documentaire, peinture, sculpture monumentale, vidéo, etc.), le profil de cette zone aride, d'en revisiter la silhouette.

Les deux volets de «Zones arides» à la Fondation d'entreprise Ricard à Paris et au lieu unique à Nantes constituent deux occurrences d'un même projet : tentative de re-création d'un paysage fragmenté en ses multiples interprétations, tentative d'importation d'un bout de territoire américain en sol français. En 2007, l'exposition se déplacera à Tucson au Museum of Contemporary Art (MOCA).

A l'inverse de sa réalité physique – à 80% désertique –, l'Arizona est peuplé d'innombrables mythologies qui en font une destination culte pour de nombreux voyageurs américains et européens. Jadis théâtre grandiloquent d'une épopée fondatrice, il sert aujourd'hui de décor à une représentation fantasmée.

Hollywood, la grande machine fictionnelle, a largement contribué à en établir la légende, même si depuis les années 60, le rêve américain, incarné par les chevauchées conquérantes d'un John Ford, a largement été revisité à l'aune de leurs conséquences tragiques : populations indigènes ravagées, frontières hermétiques et lents grignotages du désert par une urbanisation proliférante. Au-delà d'une puissance de préemption indéniable exercée par le cinéma, on connaît la capacité des artistes à s'emparer de l'imaginaire de l'Ouest: ainsi des photographes américains du début du siècle nous ont transmis leur version magnifiée de l'Amérique travailleuse. Il en est de même de la longue histoire d'amour entre le désert et les land artists et de leurs investigations en tous genres. La peinture n'est pas en reste puisqu'elle s'est largement abreuvée aux «sources de l'aridité» pour y tenter la collusion entre aridité géographique et radicalité picturale.

Dans le prolongement de cette réévaluation permanente, «Zones arides» tente de dresser une nouvelle carte des territoires mythologiques : la route et son pendant mécanique – la voiture –, symboles de l'american way of life et du déplacement perpétuel, mais aussi la frontière, les Indiens, les cactus. Dans ce catalogue de «super stéréotypes» naturellement associés à l'Arizona, les artistes de «Zones arides» ont puisé la matière à réactiver le mythe, chacun agissant à sa manière selon son medium privilégié : peinture, sculpture monumentale, installation, vidéo.


Article sur l'exposition
Nous vous incitons à lire l'article rédigé par Damien Dellile sur cette exposition.
Pour accéder à cet article, cliquez ICI

Interview du commissaire
Nous vous incitons à lire l'interview de Patrice Joly réalisée par Damien Delille.
Pour accéder à cet article, cliquez ICI

fleche suivante1/1

ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160210ChapelleCalvairienne
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Vernissage 2013, L&rsquo;artiste devant Mountain Skyline, 2012. 2130 x 546 cm
Eva Nielsen, Témoin, 2010. Huile, acrylique et sérigraphie sur toile. 135 x 180 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales