logo
150206CracSeteChatonChildress
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
art... photo... design... danse... livres... parisART RECRUTE
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Peter Coffin, <em>Tree Pants</em>, 2008. Installation à Chamarande<br><br>Courtesy Galerie Emmanuel Perrotin © Marc Domage
Ulla von Brandenburg, Peter Coffin
Légende
25 mai-28 sept. 2008
Vernissage le 25 mai 2008
Chamarande. Domaine de Chamarande
Plus d'une centaine d'oeuvres de quarante-sept artistes sont réunies au château et dans les fabriques: un magicien manipulant plusieurs millénaires de production humaine en quelques minutes, une bulle de savon programmée pour l'éternité, cinq tablettes de chewing-gum enserrées dans un piercing pour langue, autant de visions hallucinatoires d'un monde marqué par l'accélération.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
David Altmejd, Dan Attoe, Matthias Bitzer, Shannon Bool, Ulla von Brandenburg, Peter Coffin, Anne Collier, William Daniels, Andreas Dobler, Michaela Eichawald, Dee Ferris, Aurélien Froment, Giuseppe Gabellone, Ellen Gronemeyer, Uwe Henneken, Roger Hiorns, Benedikt Hipp, Karl Holmqvist, Dorota Jurczac, John Kleckner, Armin Kramer, Bernd Krauss, Klara Kristalova, Skafte Kuhn, Rannva Kunoy, Paul Lee, Chris Lipomi, Fabian Marti, Jason Meadows, Alan Michael, Melvin Moti, Carter Mull, David Musgrave, Mrzyk & Moriceau, Philip Newcombe, Olivia Plender, Karin Ruggaber, Gedi Sibony, Matthew Smith, Tomoaki Suzuki, Naoyuki Tsuji, Erika Verzutti, Laurent Vicente, Pae White, Jordan Wolfson et Lisa Yuskavage
Légende


Un repère vaudou-cannibale, un jean taillé sur l'entrejambe d'un arbre, un magicien qui manipule plusieurs millénaires de production humaine en quelques minutes, des bâtons de cristaux de sel tombés sur la Terre, un minuscule moteur de pendule, la maison des asticots, un pavillon de chasse hanté par Guerlain… Bienvenue dans "Légende", une exposition d'été conçue par Alexis Vaillant pour le domaine.

Plus d'une centaine d'oeuvres de quarante-sept artistes sont réunies au château et dans les fabriques (chapelle, glacière, parc, belvédère) pour l'occasion. On y découvre notamment une bulle de savon programmée pour l'éternité, cinq tablettes de chewing-gum enserrées dans un piercing pour langue, un club de golf pour amateur, une prêtresse asiatique gantée en lévitation, une araignée chocolat-fraise, un cygne noir, des sculptures en couette, une tête de loup-garou cristallisée, la veste en jean blanc de Ian Curtis, Jack Nicholson au-dessus des coucous et bien d'autres fulgurances visuelles.

Marquée par l'accélération, notre époque se trouve plongée dans un présent continu que l'emprise médiatique impose. En même temps, ce présent n'existe qu'à travers le futur supposé qu'on lui prête sans quoi on ne le verrait / sentirait même pas. La masse d'archives "communicantes" qui en découle depuis une dizaine d'années est peu exploitable, l'histoire, la nôtre, serait devenue difficile à écrire. Nous serions en train de passer du côté de la légende.

C'est sur cette hypothèse, notamment, que repose l'exposition. Pour ce faire, le château est plongé dans l'obscurité totale. Les fenêtres sont toutes recouvertes de miroirs. La multiplicité de points de vue est relayée par des éclairages sur mesure dont le dispositif est conçu par Yves Godin. Entrer dans le château c'est en sortir. Ce qui reste visible de l'architecture intérieure se joue désormais en noir et blanc, les œuvres seules dirigent l'espace d'exposition. Chaque salle est introduite par un haïku, forme poétique japonaise la plus brève au monde.

Les haïkus visuels ainsi créés génèrent le flottement le plus vaste dans une immédiateté minimale, un flottement à l'écoute de toutes les formes de coïncidences. Pourquoi ? Parce que la légende est partout.

fleche suivante1/1

ANNONCES


150401VilletteVarini
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
150415Darfour
150401Le104Gaumont
150326MarechalBroccolichi


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Satellite: un nouvel outil de diffusion pour le Frac Franche-Comté
puce rouge  Première édition du Forum «Entreprendre dans la culture»
puce rouge  Décès de Michel Bernard, philosophe à l’origine du département de danse de Paris 8
puce rouge  Le nouvel Iheap, attaqué en justice par Daniel Buren, répond par communiqué
puce rouge  Baisse de subvention et suppression de postes: le Quartier centre d’art contemporain de Quimper en danger!
puce rouge  28 mars 2015, inauguration du premier «Centre Pompidou provisoire» à Malaga
puce rouge  Derniers jours pour participer à la 20e édition du Prix Voies Off
puce rouge  Nomination de Hortense Archambault à la direction de la MC 93, scène nationale
puce rouge  Lettre ouverte du groupe «Economie Solidaire de l’art» à la Ministre de la culture
puce rouge  L’ADIAF annonce les nommés au prix Duchamp 2015: Davide Balula, Neïl Beloufa, Melik Ohanian, Zineb Sedira
puce rouge  Création du Prix du Châssy(is!), des collectionneurs récompensent un(e) peintre contemporain
puce rouge  Exposition «Femina», le dénouement: Zoulicka Bouabdellah retire son œuvre, le maire, l’adjoint à la culture et les commissaires s’expriment.
DIAPORAMA

Mathieu Mercier, Sans titre, (lascaux 944/924 sur fond Unik 012-1A), 2014. Acrylique sur toile. 240 x 250 cm
Taiyo Onorato et Nico Krebs, Car 2, 2008. Photographie
Jérémy liron, Paysage n° 110, 2011. Huile sur toile. 6 panneaux de 246 x 369 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales