logo
SerignanSeSouvenir
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Boris Mikhailov, I am not I, 1992. Photographie.<br><br>Courtesy Galerie Suzanne Tarasiève © Boris Mikhailov
Boris Mikhailov
Le photographe n'est pas un héros
13 janv.-10 mars 2012
Vernissage le 13 janv. 2012
Paris 19e. Galerie Suzanne Tarasiève. Loft 19
Boris Mikhailov a sélectionné une quinzaine de photographies de la série I am not I qu'il a réalisé en 1992. Dans cette série, il joue avec les différentes représentations du héros, ce jeu est personnel, intime, provocateur et lié à la lente agonie du soviétisme.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Boris Mikhailov
Le photographe n'est pas un héros

Dans cette série d'autoportraits, l'artiste prend des poses faussement athlétiques ou contemplatives rappelant les nus du XIXème siècle. Il devient un improbable sex-symbol grâce à une mise en scène surjouée. L'usage d'une lumière dramatique, d'une pellicule noir et blanc et d'un format d'affiche fait ironiquement référence aux photos des vedettes de Hollywood qu'on idéalise.

I am not I a été produite entre les séries By the Ground, 1991 et At Dusk, 1993, mais cette fois Boris Mikhailov souhaitait se concentrer sur de nouveaux sentiments, une nouvelle vie. Avec la chute du soviétisme, le capitalisme commençait, un nouvel héros devait alors apparaître.

«Mais comme je l'ai déjà dit, le héros en Union soviétique n'était pas possible, il était déjà bousillé par l'idéologie. Il y avait eu des héros, des gens qui s'étaient jetés sur les mitrailleuses, mais on finissait toujours par plaisanter en racontant que quelqu'un les avait poussés. Il ne pouvait donc y avoir qu'un antihéros. Cette série est dédiée à ce nouveau antihéros, au nouveau capitalisme.»

Boris Mikhailov expose simultanément ses oeuvres à la Galerie (rue Pastourelle), ainsi qu'au Loft19 et à la Criée.

Vernissage
Vendredi 13 janvier à 18h.

fleche suivante1/1

ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160210ChapelleCalvairienne
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Teresita Fernàndez, Double Dissolve, 2010. Cubes de verre argenté. 304,8 x 304,8 cm
Mona Hatoum, Projection (velvet), 2013. Velours de soie et acier doux. 97 x 160 cm
Shen Yuan, Etoiles du jour (détail), 2015. Installation: caisson lumineux, résine, fil de fer barbelé. 10 x 800 x 800 cm. Vue de l&rsquo;exposition «Etoiles du jour», kamel mennour (6 rue du Pont de Lodi), Paris, 2015.
Oliver Beer, Depth Perception III, 2010. Photographie. 71 x 51cm.
Gino Sarfatti, "2042/9" Ceiling light, 1963. Ed. Arteluce. H 43 cm x D 73 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales