logo
160617SetePeiMing
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Latifa Echakhch, Dérives (Goudron), 2007. Bandes de goudron. Dimensions variables. Exposition «Il m&rsquo;a fallu tant de chemins pour parvenir jusqu&rsquo;à toi», Le Magasin, Grenoble, 2007.<br><br>Courtesy de Latifa Echakhch et Kamel Mennour, Paris, © Latifa Echakhch, Photo: Ilmari Kalkkinen
Latifa Echakhch
Laps
15 fév.-14 avril 2013
Vernissage le 14 fév. 2013
Lyon 6e. Musée d´art contemporain de Lyon
Latifa Echakhch parvient à transcender, voire à déconstruire efficacement les notions d'identités closes et de zones culturelles, en livrant une œuvre polysémique, généreuse dans ses interprétations et en phase avec un monde en débordements constants, une œuvre entre allusion et référence, mêlant histoire et poésie.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Latifa Echakhch
Laps


Latifa Echakhch a pour habitude de produire des œuvres-installations en lien direct avec l'espace dans lequel elle intervient et où elle mêle des références personnelles, multiculturelles, historiques et sociologiques. L'artiste investit le 1er étage du Mac Lyon, soit près de 1000 m2 et crée une déambulation composant une succession de «paysages personnels», comme autant d'arrêts sur image.

Notons que pour Arjun Appadurai, le «paysage» qu'il nomme tour à tour ethnoscapes, mediascapes, technoscapes, financescapes, deoscapes désigne un paysage complexe issu d'une société multiple aux flux et aux transits incessants qu'il s'agisse de populations, de capitaux, d'identités en permanence reconstruites ou plus largement de poésie.

«Pour Lyon, l'idée générale de l'exposition se développe autour de la scène et de la mémoire, d'un temps suspendu ou révolu.» (Latifa Echakhch)

«Laps», ou le temps suspendu, l'intervalle, l'entre-deux. Pour cette exposition au Mac Lyon, Latifa Echakhch met à nouveau en scène certaines de ses œuvres, souvent par séries, et en produit de nouvelles qui s'inscrivent dans leur continuité et donnent le sentiment d'autant d'instantanés figés entre présent et passé, entre évolution et immuabilité, entre usage et détournement poétique et visuel.

«J'essaie de ne pas tomber dans les clichés ou dans les facilités de sens. La question de l'exotisme ou du post-colonialisme ne m'intéresse pas. Je préfère poser des questions que d'affirmer une opinion de manière frontale ou unilatérale.» (Latifa Echakhch)

Quelques œuvres:
— Présentée en 2012 à la Galerie kamel mennour, Mer d'encre est une installation composée de 80 chapeaux melon noirs posés à l'envers, épars sur le sol et curieusement remplis d'encre noire. Des chapeaux répartis selon une cartographie propre à l'artiste évoquant l'absence des corps, l'errance, la mort.

Ces chapeaux renvoient à celui de Magritte, à Chaplin ou encore à l'espion britannique John Steed. Autant de références à l'histoire de l'art et à l'histoire populaire auxquelles s'ajoute une symbolique plus générale liée à la figure du poète, du créateur, dont les encres s'apprêtent à se déverser sur le sol pour y faire jaillir formes et paroles.

Eivissa (Ibiza) est une installation composée de onze pierres provenant d'un campement construit à Ibiza pour accueillir les tentes des soldats marocains embauchés dans l'armée de rebelles du général Franco pendant la guerre civile espagnole (1936-1939).

Elle reprend une parenthèse de l'histoire espagnole encore un peu floue: les soldats ont été enrôlés plus ou moins de force avec confiscation de leurs papiers d'identité, et ont ensuite été diabolisés par la population.

Ces pierres sont associées à des cartes à jouer espagnoles, utilisées pour un jeu appelé «la Ronda», très populaire en Espagne et au Maroc. Les cartes ont été déposées sur le sol au hasard et les pierres ont été placées par dessus sans souhait de composition particulière.

Comme souvent dans le travail de Latifa Echakhch, l'acte du geste, de l'action est fondamental. En réunissant ces deux éléments appartenant à deux cultures, Eivissa (Ibiza) est une référence claire à l'échange culturel et aux flux de personnes entre l'Espagne et le Maroc.

— En 2007, le Magasin de Grenoble invite Latifa Echakhch à investir la grande rue pour sa première grande exposition personnelle. Elle réalise Dérives, un parcours de lignes noires tracées par des bandes de goudron fin, qui dessinent un chemin réorganisant l'espace, que l'on est libre de suivre ou pas.

Il s'agit de la déclinaison d'un motif ornemental en forme d'étoile, ornement classique des portes ou des murs des mosquées et palais marocains. Un motif, explique l'artiste, reproductible à l'infini et donc touchant au divin et à l'absolu. Mais, c'est cela même qu'elle met en question, en traçant ses propres chemins à partir de cette étoile décomposée. La reproduction à l'infini ne fonctionne plus.

Pour le Mac Lyon, Latifa Echakhch présente une série de toiles peintes reprenant ce principe des motifs d'ornements symétriques qui se prolongent d'une toile à l'autre de manière chaotique.

«Une exposition ne se construit pas de la même manière qu'une œuvre. Finalement, on peut accrocher une œuvre seule et elle acquiert une autre problématique ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Toni Grilo, Bibendum, 2009. Fauteuil. Tubes en acier tourné, soudé et poli, 110 x 82 x 70 cm.
Frédérique Lucien, Genoil II, 2015. Plâtre et pigments. 12 x 17,5 x 14 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales