logo
160617SetePeiMing
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Laurette Atrux-Tallau, <em>Sans-titre (Objets cassés) n°1</em>, 2003. Photographie couleur contrecollée sur aluminium<br><br>Courtesy Frac Languedoc-Roussillon. © Laurette Atrux-Tallau
Cristian Alexi, Laurette Atrux-Tallau
Fragile
20 sept.-09 nov. 2008
Vernissage le 20 sept. 2008
Grenoble. Centre d´art Bastille
Au travers d'une dizaine d'artistes, cette exposition rend compte d'une esthétique du fragile, fragilité de l'oeuvre, de la matière, de la mémoire, qui interroge la vulnérabilité temporelle et spatiale de la création.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Cristian Alexi, Laurette Atrux-Tallau, Michel Blazy, Bertrand Gadenne, Henrik Hakansson, Vincent Leroy, Évariste Richer, Olivier Sévère, Vincent Shine
Fragile


Un jeu de quille en verre, frêle. Fragilisé par la nature de sa transparence, par la nature de sa matière. Qu'est-ce qui est le plus vulnérable l'objet ou sa matière ? Situé dans une casemate d'une ancienne fortification militaire, le Centre d'Art Bastille interroge les oeuvres qui s'y exposent. Face à ces murs et ces voûtes de pierre, que reste–t–il des pièces présentées ? Un souvenir, une présence, une fragilité... l'espace d'un instant... celui des oeuvres. C'est ce constat qui guide la nouvelle exposition du Centre d'Art Bastille.

Fragilité du temps, fragilité des souvenirs, fragilité de l'acte d'exposer, fragilité de la création, cette exposition explore les différentes facettes de cette vulnérabilité comme une quête pour conjurer l'oubli du temps et en faire la force de cette exposition.

10-Second Couples de Cristian Alexi montre une femme dans une robe blanche qui marche sur un trottoir, choisit une personne, attrape sa main et suit cette personne. Après 10 secondes, elle lui lâche la main et choisit une autre personne. Cette vidéo peut être perçue comme une métaphore de la nature passagère et accidentelle du contact que nous avons avec les autres. En 2004, une étude de l'Université de l'Etat d'Ohio, a révélé que durant les 10 premières minutes d'une rencontre avec une personne, nous avons décidé de son rôle dans notre vie. Dans la vidéo de Cristian Alexa, cette décision se fait en une fraction de seconde.

Les méthodes de travail de Laurette Atrux-Tallau sont à rapprocher de celle d'un chercheur, qui observe les changements infimes du temps. De cette manière, elle s'attache à capturer la fixité des objets dans des moments où leur immobilité est pourtant mise à l'épreuve. Ainsi, dans Sans-titre n°1, elle joue avec l'instant T où l'assiette se brise, en la figeant par le biais de la photo. Nous mettant face à un questionnement lié à la fragilité, elle nous renvoie à une fixité étrange, à un moment de modification d'état, d'un mouvement perpétuel, mettant en place des images qui induisent des lectures temporelles multiples.

Michel Blazy travaille avec des matériaux périssables issus du quotidien. Avec eux, il crée des installations précaires qui croissent ou dépérissent pendant la durée de ses expositions. Bâtisseur d'univers aléatoires et fragiles, Michel Blazy aime ainsi manipuler les matières, tentant d'en contrôler disparition et transformation ou, bien au contraire, s'en remettant entièrement à leur force intrinsèque.

Depuis plus de trente ans, Bertrand Gadenne interroge la lumière par un jeu de contraste entre elle et l'obscurité. Il joue d'une manière apparemment légère de tout ce qui la compose et la produit. À travers cette recherche, il s'interroge sur le regard que l'on porte sur le monde et trouve des réponses très surprenantes en créant de nouvelles expériences sur le temps et l'espace. Il livre ici une réflexion sur l'image, la fragilité, la fugacité, sur l'impermanence des êtres et des choses.

Les travaux de Henrik Hakansson portent sur l'observation et l'enregistrement d'écosystèmes et de microcosmes naturels dans lesquels il explore les frontières entre nature et culture, mettant en parallèle le déclin de l'art avec la disparition des espèces vivante.

Le travail de Vincent Leroy s'inscrit dans la suite de l'art cinétique et du Nouveau Réalisme mais se place aussi sous l'influence de la pop culture nippone de part son côté ludique et coloré. Mais bien loin de la technologie qui le caractérise, c'est avant tout une poésie et une magie certaine qui le définit, car loin d'une vénération de la technique, c'est surtout le mouvement et la répétition qui inspirent Vincent Leroy. Un mouvement qui, comme dans Electric Flowers s'imprègne d'un rythme lancinant et fascinant que renforce la répétition à l'infini des motifs. Ainsi ce champ de fleurs mécaniques dont les pétales tournent inlassablement sur leur tiges ondulantes se transforme en une ode improbable à la fragilité de la nature.

Au croisement de l'espace et du temps, de la culture et des sciences, le travail d'Évariste Richer s'apparente à une forme d'exploration scientifique et systématique de sujets, formes et matières. Le Rayon vert, en proposant la simulation d'un phénomène naturel pratiquement ignoré jusqu'en 1882 et révélé au grand public par Jules Vernes dans un roman éponyme, opère ce glissement, typique du travail d'Evariste Richer, du naturel ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Adam Janes, Pagan bear offering. 2009. Technique mixte. 142 x 47 x 45 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales