Adel Abdessemed a pensé son exposition du Magasin comme un ensemble homogène de pièces entièrement nouvelles qu’il développe dans la totalité des espaces d’exposition disponibles. Dans ce parc humain, image symbolique d’un monde en pleine mutation, l’artiste dessine les contours de nouvelles pensées et de nouveaux concepts de circonstances à partir d’actions et de postures."> Adel Abdessemed a pensé son exposition du Magasin comme un ensemble homogène de pièces entièrement nouvelles qu’il développe dans la totalité des espaces d’exposition disponibles. Dans ce parc humain, image symbolique d’un monde en pleine mutation, l’artiste dessine les contours de nouvelles pensées et de nouveaux concepts de circonstances à partir d’actions et de postures.,Art culture paris,art culture France,evenement culturel,agenda culturel paris,actualité art culture, photo art,agenda design,exposition design,éditeur design,spectacle danse,spectacle danse contemporaine,festival danse,marché art,exposition art contemporain,galerie photo,exposition video,art numerique,livre sur l’art,catalogue art,galerie art contemporain paris,musee art moderne contemporain,centre d'art contemporain,frac,drac,cnap,fiac,festival danse paris,festival danse montpellier,interview artiste,art virtuel,graff,foire art.">
logo
140628SerignantRossonCrow
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Drawing for Human Park d'Adel Abdessemed au Magasin - Centre national d'art contemporain, Grenoble.

Courtesy Adel Abdessemed et David Zwirner, New York Crédit photographique: Ilmari Kalkkinen - MAGASIN - Centre National d'Art Contemporain">Vue de l'exposition <font size=Drawing for Human Park d'Adel Abdessemed au Magasin - Centre national d'art contemporain, Grenoble.

Courtesy Adel Abdessemed et David Zwirner, New York Crédit photographique: Ilmari Kalkkinen - MAGASIN - Centre National d'Art Contemporain" style="filter:alpha(opacity=100)" onMouseOver="nereidFade('this',30,30,10)" onMouseOut="nereidFade(this,100,50,10)">

Adel Abdessemed
Drawing for Human Park
02 fév.-27 avril 2008
Vernissage le
Grenoble. Le Magasin
Adel Abdessemed a pensé son exposition du Magasin comme un ensemble homogène de pièces entièrement nouvelles qu'il développe dans la totalité des espaces d'exposition disponibles. Dans ce parc humain, image symbolique d'un monde en pleine mutation, l'artiste dessine les contours de nouvelles pensées et de nouveaux concepts de circonstances à partir d'actions et de postures.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Adel Abdessemed
Drawing for Human Park

Adel Abdessemed a pensé son exposition du Magasin comme un ensemble homogène de pièces entièrement nouvelles rassemblées sous le titre de Drawing for Human Park, qu'il développe dans la totalité des espaces d'exposition disponibles, l'espace central sous verrière, la Rue, et les galeries adjacentes. Dans ce parc humain, image symbolique d'un monde en pleine mutation, l'artiste dessine les contours de nouvelles pensées et de nouveaux concepts de circonstances à partir d'actions et de postures où, selon ses propres dires, « il saute, sursaute, bondit, rebondit, se tourne et se retourne ».

 

Une image réalisée lors de la production d'une de ces nouvelles pièces, Helikoptère, illustre le carton d'invitation de l'événement : suspendu par les pieds à un hélicoptère en vol stationnaire au-dessus de plaques de bois, l'artiste expérimente l'acte du dessin au rythme et au risque des secousses de la machine, du vent et des balancements de son corps.

Les tracés qui en résultent manifestent le dessin, non pas comme représentation idéale de la réalité, mais en tant qu'expérience de perception, d'action et de création. Le corps est aussi radicalement renversé dans sa verticalité, offrant non plus une vision rétinienne exclusive et dominante, mais une vision affectée par la perception brute d'un espace en devenir, d'un chaos à prendre à bras le corps et à bout de tracé. La figure de la spirale, des cercles plus ou moins concentriques qui suivent le déplacement de son corps au bout de son filin, est celle des figures du chaos. Le cratère de la bombe ou le tourbillon centripète qui conduit au néant et, dans le cas d'un tourbillon d'eau, à la noyade et à la disparition.

 

Ce dessin à la pierre noire est présenté dans la Rue du Magasin sur plusieurs plaques de bois rassemblées en un format qui correspond à celui du Radeau de la Méduse de Géricault. Ce très célèbre tableau, fondateur du romantisme avec la Mort de Sardanapale de Delacroix, domestique l'horreur ; celle dont parle le personnage emblématique que joue Marlon Brando dans Apocalypse Now, une horreur qui a un nom et un visage et dont il faut se faire un allié pour survivre au chaos et y prospérer. Toutefois l'artiste est bien loin d'un tel romantisme, ou, comme il le dit lui-même, il est un romantique criminel.

 

Dans la pièce Don't trust me, qui est composée de six vidéos de quelques secondes chacune, Adel Abdessemed capte, au Mexique, les brèves images de l'abattage de six animaux : un mouton, un cheval, un bœuf, un porc, un bouc et une biche. L'action est courante, très sommaire et les images qui en sont extraites sont rapides et retenues, sans effets, sans dramatisation. L'instrument du sacrifice, le marteau, est emprunté à la symbolique du pouvoir oublié d'une classe ouvrière disparue dans le même temps que l'idéologie qui prétendait la servir.

Le choix des animaux cite le calendrier traditionnel du dernier bastion du communisme, la Chine, dont les immenses bénéfices d'un développement économique sans précédent viennent à la rescousse du libéralisme pendant que les populations qui les produisent sont soumises à diverses formes de violence.

 

L'animal est tout à la fois la victime d'une horreur généralisée et le symptôme d'une différenciation/ressemblance que met aussi en exergue Anything can happen when an animal is your cameraman montrant la mariée au bras d'un gorille.

 

Messieurs les Volontaristes est un cercueil que l'artiste dessine dans l'espace à une échelle monumentale, 18 sur 7 mètres, à l'aide de tubes de métal qui matérialisent ses seules arêtes. La figure du cercueil suggère évidemment celle du corps mort, mais aussi celle de la fin des utopies dans l'ère du libéralisme triomphant créateur d'un nouvel ordre mondial abandonné à l ‘économie. Dans ses premières intentions, le cercueil a été pensé comme l'habitacle funéraire de l'une ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


140912MarechalerieChapuisat
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
puce rouge  Heineken fait sa pub sur la façade de la Monnaie de Paris. Quid de la loi Evin?
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
DIAPORAMA

Lionel Sabatté, Soudain l&rsquo;été dernier, 2010. Solution à base de fer, solution oxydante, vernis sur papier, 42 x 29,7 cm
Raphael Navarro et Clément Debailleul, Cie 14:20, Notte, 2011. Danse, magie, arts visuels.
François Azambourg, soliflore conçu pour l&rsquo;exposition «En Verre et contre tout», Espace Modem, 2010. Verre.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales