logo
180618CoteCourt
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Martin Oppel, <em>Sans titre</em>, 2010. Sculpture en bois.<br><br>Courtesy ERBA Rouen, © Martin Oppel.
Lori Hersberger, Martin Oppel
Weather Reports
17 juin-26 sept. 2010
Vernissage le 16 juin 2010
Rouen. Ecole régionale des beaux-arts de Rouen
Cette exposition souhaite rendre compte des formes contemporaines impliquant la lumière solaire, la matière atmosphérique et les conditions d'apparition d'une source lumineuse dans l'oeuvre.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Autres expos des artistes
puce rouge Light Matters

Communiqué de presse
Lori Hersberger, Martin Oppel
Weather Reports

"Il n'y a pas au monde deux yeux identiques comme organe et comme faculté" (Jules Laforgue)

Si l'homme se saisit dans le temps, il se saisit aussi en partie dans le temps qu'il fait (et qu'il fait, en règle générale, durant très peu de temps).

"Weather Reports", par la rencontre du travail de Lori Hersberger et Martin Oppel (dont ce sera la première exposition dans une institution française), souhaite rendre compte des possibles formes contemporaines de la conquête de la lumière solaire, de la matière atmosphérique, des conditions d'apparition d'une source lumineuse dans l'oeuvre.

Les déflagrations d'une peinture irradiant dans les reflets d'un miroir, l'imperceptible spectre d'un couchant apparaissant derrière une ruine à l'origine obscure, semblent contenir littéralement une "propriété" solaire, la couverture lumineuse du ciel, autant d'éléments qui conditionnent esthétiquement encore aujourd'hui, et pourquoi en serait-il autrement, la forme des œuvres.

L'Impression, soleil levant de Claude Monet est un face à face solitaire avec l'astre et les nuées, la main du peintre tendant à les "voir" et à les faire voir à nouveau.

C'est également une œuvre devenue l'emblème de cette quête impossible.

Comment, en effet, rentrer accompagné par la lumière du jour elle-même? Qu'elle soit romanesque, picturale ou plus généralement plastique, c'est un effort héroïque qu'il faut fournir pour déterminer la forme qui la ramènera à l'intérieur de l'oeuvre si ce n'est avec soi.

A l'"impression", succède ici la notion de rapport (le terme anglo-saxon "report" du titre de l'exposition, qui fait référence au bulletin météorologique, induit également la notion d'explosion): rapporter, emmener avec soi littéralement le ciel et quand c'est impossible (le plus souvent) en restituer un point pour l'ensemble, s'y appuyer pour reconstruire une vision du monde plus large encore...

Mais aussi en faire un compte-rendu, dans une langue qui n'est pas celle de l'événement. Un report, donc, entre la trivialité d'un instant et la lutte presque émouvante pour le reconstituer.

Le temps de l'exécution de l'œuvre, et c'était déjà l'un des enjeux de l'impressionnisme, induit un temps de lecture et de retour "supérieur à la sensation elle-même", aussi intense soit-elle.

Et pour intense qu'elle est, en tant qu'excitation solitaire à transformer en expérience collective, irrémédiablement insatisfaisante.

"De sorte qu'en définitive, même en ne restant que quinze minutes devant un paysage, l'œuvre ne sera jamais l'équivalent de la réalité fugitive, mais le compte-rendu d'une certaine sensibilité optique sans identique à un moment qui ne se reproduira plus identique chez cet individu, sous l'excitation d'un paysage à un moment de sa vie lumineuse qui n'aura plus l'état identique de ce moment." (Jules Laforgue)

Le plein air n'est plus le lieu de l'expérience, il est à la fois l'écran d'une pensée et l'objet même de cette pensée.

A la différence des artistes de la fin du XIXème siècle, Lori Hersberger et Martin Oppel témoignent, de manière indirecte ou fulgurante, du caractère impossible de cette tâche.

Ils se mesurent au monde dans ce qu'il a d'immatériel en mettant en place un ensemble de signes qui nous y relient d'une manière presque primitive (Martin Oppel) ou par le biais d'une citation acérée et abyssale (Lori Hersberger).


Les peintures de Martin Oppel, tout comme les peintures impressionnistes, sont des peintures d'après la photographie: elles interviennent dans la circulation générale des images photographiques dont elles prolongent la capacité à figer un instant la lumière.

Souvent, elles semblent restituer d'intenses et particulières émotions lumineuses (spots inondant une scène rock, diffraction et disparition des rayons solaires dans la flore équatoriale, reflets dans des immeubles vitrés du crépuscule auquel le regard "tourne le dos").

Ses oeuvres rendent compte de la manière dont la lumière inonde la "scène" du monde, tel le reflet éblouissant situé au coeur même d'un simple feu de camp.

Elles scrutent les sources lumineuses les plus lointaines comme les plus accessibles et dressent une cartographie de ce qui nous éclaire autant que de ce que nous visons.

L'ensemble plus large de ses oeuvres, constitué d'un faisceau d'indices mystérieux, de sculptures, d'objets et de représentations situant l'homme dans une histoire formelle liée au rite et au temple, brouille les frontières et les liens entre l'objet et l'image contemporaine avec l'histoire ancestrale, primitive des formes.

Mais elles tendent peut-être avant tout à faire apparaître, au travers de ces représentations, une "géométrie dans ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160613CoteCourtOpen
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
DIAPORAMA

Michel-Verjux, Double projection dos à dos, mi rasante, mi frontale (sources au sol), 2007. Eclairage: projecteur à découpe.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales