logo
140628SerignantRossonCrow
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Daniel Firman, Nasutamanus, 2012. Fibre de verre, polymère. 220 x 528 x 112 cm<br><br>Courtesy Galerie Perrotin, Hong Kong et Paris, © Daniel Firman, Photo: Guillaume Ziccarelli
Daniel Firman
La matière grise
25 mai-21 juil. 2013
Vernissage le 25 mai 2013
Lyon 6e. Musée d´art contemporain de Lyon
Première grande exposition personnelle de Daniel Firman dans un musée, «La matière grise» révèle toutes les facettes de son œuvre. Il a intégralement redessiné l'espace et présente, dans une scénographie entièrement nouvelle, des œuvres déjà «historiques» qu'il associe à des créations inédites.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Daniel Firman
La matière grise


L'intérêt que nourrit Daniel Firman pour tout ce qui constitue aujourd'hui la sculpture est composé «à la manière d'une partition». Des références iconographiques et chorégraphiques jusqu'aux questions les plus liées à la tradition et la sculpture (moulage, corps, réalisme), du son à l'espace, du geste à l'image... C'est une véritable polyphonie que crée Daniel Firman ici pour la première fois.

Avec «La matière grise», Daniel Firman évoque le sens multiple de cette expression: de la matière neuronale à la terre comme matière première ou encore les matériaux composites industriels, la lecture se fait immédiatement réversible et simultanée. Sans ignorer l'utilisation du gris dans l'art contemporain, ce référent neutre et substantiel pose la question: peut-on appréhender de deux manières la même chose?

Daniel Firman est un artiste avant tout visuel, il construit de la «présence». Pour lui, la forme en empreintes (du corps, du temps, de l'objet ou encore du mot) est essentielle, elle doit être «efficace» mais aussi faire face à un principe d'image. Si d'apparence son travail fait écho aux questions traditionnelles d'un sculpteur classique (poids, forme, matière, corps, gravité, modalité de création), c'est d'un point de vue totalement actuel, en prenant l'espace de travail comme un espace lié au vivant, à la performance et à l'effort, pour être dans le geste et ne pas faire de la sculpture un programme de sculpteur. «Je demande jusqu'à épuisement d'efforts à mes modèles de ne pas bouger et c'est avec cette approche du temps que je fais de la sculpture».

Sur deux étages du Mac Lyon, le visiteur chemine dans un parcours qui oscille entre objets et corps visibles ou invisibles, présence et absence, au fil d'une forme d'«histoire en sculptures» qui progressivement introduit des espaces perceptuels. La question de la réversibilité est omniprésente dans cette exposition, dès la première salle consacrée aux «sculptures/objets» qui fonctionne comme une série de télescopages sur le sens même du renversement: par son histoire pour Chute libre, avec la sculpture Le Feu (une mise en boucle du temps en résonance avec sa matérialité) jusqu'à Rotomatic qui entraîne le mouvement rotatif d'une mécanique moderne retournée comme un gant.

Avec l'ensemble d'œuvres intitulées Je tourne autour de la terre, Daniel Firman prend physiquement place dans ce chamboulement en créant une machine inversée de tour de potier où l'artiste se voit propulsé à 33 tours/minute comme un astronaute en rotation autour d'une masse de terre incontrôlable. De cette pièce s'annoncent les protocoles et les méthodes de production à l'aveugle de Daniel Firman, où l'objet final prend forme de résidu de l'action.

Daniel Firman compose son exposition à la manière d'un parcours très séquencé, comme une partition avec un rythme, des accélérations, des silences. À partir de 1998, l'artiste réalise des performances en atelier dans lesquelles il s'enferme petit à petit dans une masse d'argile qui délimite son espace vital. Cette série intitulée Kinésphère fait référence à Rudolf Von Laban et aux mouvements du corps. De ces coffrages en terre est édité un plâtre qui prend forme de coque ossifiant le mouvement. Le corps s'estompe pour laisser place à un volume où nulle représentation du corps n'est présente, ni même la durée du processus. La série est réactivée pour l'exposition et s'intitule Solo.

Pour complexifier cela, il demande aux chorégraphes Annie Vigier et Franck Apertet (les gens d'Uterpan) une création qui vient s'infiltrer dans l'exposition comme une interrogation et une possibilité de révéler une articulation du vivant dans le travail de l'artiste. «La question du vivant est essentielle pour moi dans cette exposition afin d'élargir la perception de mon travail. Après avoir défini mon synopsis, j'ai demandé aux gens d'Uterpan de réagir à un endroit précis dans mon projet. J'ai rencontré Annie Vigier et Franck Apertet durant la biennale de Lyon 2007 avec X-Event 2, depuis nous sommes restés en contact, en échange. Ils sont au plus proche de ce que je ressens de la performance et de la danse aujourd'hui.»

La proposition qui s'en suivit s'intitule Géographie Lyon. Une performance qui couvrira toute la durée de l'exposition, avec des alternances de présences et d'absences des interprètes. Cette chorégraphie délimite un champ opératoire de danse qui une fois clos devient sculpture. ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Seth Price, Upside-down desktop, 2011. Encre figée par UV sur plaque de polystyrène thermoformée, corde. 114,3 x 118,1 cm
Carlos Amorales, We&rsquo;ll See How All Reverberates, 2012. Installation of three hanging mobiles with cymbals, steel, cooper and epoxy paint, approximately 5, 7 and 5 meters diameter.
Ste&#769;phane Dafflon, AST089, 2007. Acrylique sur toile.
Pedro Cabrita Reis, The Untitled Landscapes #44, 2011. Acrylique sur toile. 90 x 90 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales