logo
140227SerignanDowns
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Gérard Collin-Thiébaut, Nicolas Poussin, La Fuite en Égypte, Transcription, 2000. Huile sur toile.<br><br>Courtesy, Musée des beaux-arts de Nantes, Salle blanche, © Gérard Collin-Thiébaut. Gérard Collin-Thiébaut
L'amour, de l'art
04 juin-23 août 2010
Vernissage le 03 juin 2010
Nantes. Musée des beaux-arts de Nantes
Le monde de l'art et son fonctionnement sont les sujets centraux du travail de Gérard Collin-Thiébaut. Le musée, qu'il étudie, met en scène et réinvente, constitue à la fois sa source d'inspiration et le lieu de ses interventions.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Gérard Collin-Thiébaut
L'amour, de l'art

Le monde de l'art et son fonctionnement sont le sujet central du travail de Gérard Collin-Thiébaut. Il étudie avec un appétit insatiable les oeuvres qu'il rencontre dans les musées, s'intéresse de manière approfondie à la biographie de l'artiste, à l'histoire des collections, à l'accrochage, à l'éclairage ou à la muséographie. Le musée, qu'il observe, met en scène et réinvente, constitue à la fois sa source d'inspiration et le lieu de ses interventions.

Gérard Collin-Thiébaut est aussi un grand «collecteur» d'images, de cartes postales, de journaux, de livres ou de sacs plastiques, activité qu'il intitule Mes Oisivetés. Ces ensembles d'objets constituent pour lui ensuite une base de travail lui permettant d'avoir à sa disposition une source iconographique inépuisable dont il dispose au gré de son inspiration.

A la manière de ce qui se pratique dans les musées, il tient un inventaire précis des collections que lui-même a créées et publie des catalogues de ses différentes activités. Ainsi, plagiant le travail réalisé par les conservateurs de musée, Gérard Collin-Thiébaut rédige des catalogues raisonnés.

Dans la salle Blanche, l'artiste installe son atelier, où il est libre de venir travailler quand bon lui semble. Des livres, une vanité, des oeuvres réalisées par lui ou d'autres artistes, des reproductions, autant d'éléments qui constituent l'univers intellectuel et quotidien de l'artiste. Quand le visiteur du musée passe le seuil, il n'a pas le sentiment d'entrer dans un atelier d'aujourd'hui tant les éléments de mobilier et les objets, désuets ou contemporains, produisent une impression anachronique. A travers ce «cabinet de curiosités», Gérard Collin-Thiébaut nous livre ici une interprétation très personnelle de l'atelier qui interroge le statut de l'artiste et la création.

Gérard Collin-Thiébaut s'intéresse aussi à la copie, une activité de base dans la formation traditionnelle des artistes. Toutefois, il invente un nouveau mode d'étude et d'approfondissement de l'oeuvre à travers la série des «Transcriptions» commencée en 1972: des puzzles de tableaux célèbres de l'histoire de l'art trouvés dans le commerce qu'il réalise patiemment. Des cadres anciens mettent en valeur ces copies. «Tout a été fait en peinture et en écriture», précise-t-il, «à quoi bon avoir la vanité de vouloir faire quelque chose de nouveau ?». Lui-même explique qu'il fait des puzzles comme s'il peignait: il classe les couleurs, les assemble, compose une image «à la main», pièce après pièce, comme touche après touche, et élabore ainsi à partir d'un ready made une oeuvre unique en son genre. Il a choisi d'intervenir avec cette série au sein du parcours des collections permanentes où il a accroché, en écho aux oeuvres du musée, ces puzzles qui viennent discrètement s'insinuer dans l'espace muséal.

Gérard Collin-Thiébaut entreprend en 1985 la série des «Rébus» dessinés puis réalisés à partir d'objets assemblés sous la forme d'installations. A partir de noms d'artistes, de citations ou encore de titres d'oeuvres, il crée des rébus qui questionnent l'art et sa représentation et renvoient de manière ironique aux interprétations érudites des historiens d'art, plaçant ainsi le spectateur dans une situation active où il doit exercer son regard critique. Dans le hall des sculptures, il installe deux rébus spécialement conçus pour le musée. Ainsi, Gérard Collin-Thiébaut ne vit pas son rapport au musée de manière sclérosante mais avec humour, imagination et audace.

fleche suivante1/1

ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole des Arts décoratifs (Ensad)
DIAPORAMA

Gaël Davrinche, Autoportrait aux pivoines, 2011. Huile sur toile. 200 x 160 cm
Cindy Van Acker, Lanx, solo 2008. Avec Cindy Van Acker.
Pierre Rigal, Cie dernière minute, Standards, 2012. Danse.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales