logo
150521TriennaleVendome
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
<•<•<•<• parisART RECRUTE un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Érik Samakh, Autoportrait au lézard ocellé, 1989. Barcelone. 1/7, 108 x 80 cm<br><br>Courtesy Galerie Michèle Chomette © Érik Samakh
Erik Samakh
Images bruissantes, mirages sonores. 1976-2010
10 mars-07 mai 2010
Vernissage le 10 mars 2010
Paris 3e. Galerie Michèle Chomette
L'artiste écologiste Erik Samakh est un original dont les travaux rendent un hommage constant à la nature, dans un rapport toujours doux et respectueux.
fleche suivante1/2


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Érik Samakh
Images bruissantes, mirages sonores. 1976-2010

«La nature, nous en faisons partie et nous n'avons pas vraiment le choix. [Mais] la ‘'nature'' inventée par les hommes pour s'en dissocier n'est pas celle que j'explore», dit Érik Samakh, reconnu à ce jour comme l'artiste le plus «écosophique» qui soit. Comment en effet présenter autrement ce fou de la nature, sauvage civilisé — ou l'inverse — qui réalise en son sein l'essentiel de ses œuvres, et où il puise sans répit, depuis plus de vingt ans, son inspiration ? Érik Samakh ou l'artiste écologiste dès ses commencements, bien avant la vogue de la Vie verte, un authentique original dont l'ouvrage s'assimile à un constant hommage rendu à l'environnement, approché de façon toujours respectueuse.

Érik Samakh, au sein du milieu naturel, adopte plusieurs comportements. Celui du collecteur: de sons, d'images, d'ambiances… Celui de l'aménageur, comme en témoigne son bassin d'accueil pour batraciens, conçu comme une salle d'opéra à ciel ouvert… Celui, aussi, d'un arrangeur. Dans le Marais Poitevin, l'artiste diffuse des sons qu'il a préalablement enregistrés en Guyane ; en maints endroits, encore, ses flûtes au mécanisme alimenté par l'énergie solaire sifflent la respiration paisible ou la complainte du vent local… Cette notion d'arrangement — musical, de nouveau — caractérise en premier lieu l'exposition que la galerie, ce printemps 2010, consacre à l'artiste.

Dans l'espace de cette dernière, des sons d'origine plus ou moins indéfinissable sont diffusés, émanant à l'évidence de sources géographiques diverses. Bruits de la ville ? Peut-être. Bruits captés dans l'espace naturel, en ses parties les plus profondes ou les plus reculées telles que forêts, marécages et autres zones d'altitude mal accessibles à l'homme ? Il se pourrait bien aussi, connaissant les multiples terrains d'action d'Érik Samakh, inlassable voyageur et globe-trotter avéré.

Baigner les spectateurs de passage à la galerie dans une ambiance ? Pas seulement. D'un même tenant, cette exposition entend confronter ces derniers avec l'artiste en personne — un artiste en l'occurrence maintes et maintes fois portraituré. Une succession de portraits et d'autoportraits photographiques d'Érik Samakh ponctue ici la visite, manière de faire plus ample connaissance avec l'artiste, qui ne se dissimule en rien derrière ses réalisations mais, tout au contraire, choisit de s'afficher. Non en gloire mais plus sobrement, plus efficacement aussi, en action.

C'est ainsi un homme affairé que l'on voit sur ces images, selon le modèle tutélaire, dans l'histoire de l'art, de l'artiste représenté face à l'ouvrage. À ceci près, dans ce cas: le chevalet du peintre a laissé place au territoire d'une nature qu'on pressent vierge ou presque de toute présence humaine. Célébrer l'artiste, donc, en même temps que ses lieux d'action favoris, dans la mesure où ceux-ci sont inséparables de son œuvre, et constitutifs de celle-ci. Ce faisant, dresser, appareillé à la figure de l'artiste proprement dite, le portrait d'un archétype.

Archétype ? Oui, si l'on relève que chaque portrait exposé ne désigne rien d'autre que l'«homme nature». Non pas le Bon sauvage rousseauiste objet de tant de spéculations mais un type d'humain plus proche, celui-ci, de l'humanisation concrète que du champ philosophique. Regardons. Ici, nous voyons le jeune Érik Samakh serrer entre ses mains, comme un trésor, trois magnifiques lézards. Là, nous le voyons nu, seul au milieu d'un territoire sombre de basalte, tel le chasseur du paléolithique à l'affût, encore qu'il s'agisse pour lui d'enregistrer des sons, ou de capter des images. Une autre photographie montre l'artiste tapi dans une forêt, et une autre encore, s'adonnant à quelque collecte plus ou moins mystérieuse dans une nature aux allures de climax, de lieu édénique de commencement du monde. Encore, au beau milieu d'une mare, tenant une longue perche, une attitude combinant celles du pécheur et du perchman…

Parfois, on le devine à peine, dissimulé qu'il est par de hautes herbes, par un feuillage. Mais l'on — l'on — qu'il est là, au sein de cet univers qui lui est propre, lieu élu de son intimité, cette nature dont nous avons, nous spectateurs, perdu pour l'essentiel la substance, avec laquelle nous ne partageons plus grand chose, sauf de trop rares contacts occasionnels. La «touche» photographique de — qu'il opère seul ou avec un preneur de — n'est pas sans conforter cette impression de fusion corps-nature. L'image n'isole jamais le corps dans l'espace naturel mais elle lui donne ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


150518MichaelClark
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
150520Le104impatience
150401VilletteVarini
150424Le104Gaumont


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Nomination d’Alban Richard à la direction du Centre Chorégraphique National (CCN) de Caen Basse Normandie
puce rouge  Ventes record chez Christie’s: quand le marché s’emballe.
puce rouge  Designer’s Days: les Parisiens invités à un parcours de fabrication d'objets
puce rouge  Les lauréats de la 56ème Biennale d’art contemporain de Venise
puce rouge  Décès du performeur et plasticien Chris Burden
puce rouge  Les lauréats du 60e Salon de Montrouge
puce rouge  Ce printemps, les arts de la rue investissent la capitale
puce rouge  Le jury du Prix Canson 2015 a sélectionné les cinq finalistes
puce rouge  Le Satellite: un nouvel outil de diffusion pour le Frac Franche-Comté
puce rouge  Première édition du Forum «Entreprendre dans la culture»
puce rouge  Décès de Michel Bernard, philosophe à l’origine du département de danse de Paris 8
puce rouge  Le nouvel Iheap, attaqué en justice par Daniel Buren, répond par communiqué
DIAPORAMA

Visuel La rumeur comme critère esthétique, 2012
Nicolas Moulin, Subterannean, galerie Chez Valentin, Paris, 2013



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales