logo
140719Pareidolie
AUJOURD'HUI EXPOSITIONS EVENEMENTS SPECTACLES VERNISSSAGES EDITOS
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


NOW | EXPOSITIONS

Sabine Delcour, <em>Cheminements</em>, 2005-2007. Photographie argentique couleur. 90 x 110 cm<br><br>Courtesy Galerie Philippe Chaume © Sabine Delcour Sabine Delcour
Cheminements
30 mai-26 juil. 2008
Vernissage le 29 mai 2008
Paris 10e. Galerie Philippe Chaume
Chaque photographie de Sabine Delcour est un rendez-vous avec la nature. Qu'il pleuve ou qu'il vente, elle part vers l'endroit de sa prise de vue d'où ressort une image en phase avec les éléments. L'oeil est happé dans l'image, propulsé à l'extrémité du chemin qui paraît appartenir à l'inconscient collectif.
fleche suivante1/1


Share to Facebook Share to Twitter
imprimer

Communiqué de presse
Sabine Delcour
Cheminements


Et si on partait en voyage vers de nouveaux horizons ? C'est ce que Sabine Delcour nous propose. Depuis une quinzaine d'années, elle développe un travail sur le territoire. Chaque espace investi est l'occasion d'une rencontre: le visage géographique et topographique d'un lieu se confronte aux projections qu'il génère. Aujourd'hui, elle a quitté la ville et la banlieue pour emprunter des chemins de traverse. Elle photographie des sentiers et des laies avec lesquels s'engage un corps à corps.

Chaque photographie est un rendez-vous avec la nature. Quelle que soit la saison, Sabine Delcour s'accommode des conditions météorologiques. Qu'il pleuve ou qu'il vente, elle part vers l'endroit de sa prise de vue. Et de ce qui a souvent l'air d'une expédition ressort une image en phase avec les éléments. Comme une ritournelle, ils l'entraînent sur ces voies à l'écart, de la même manière que notre oeil est happé dans l'image, propulsé à l'extrémité nette du chemin.

Sabine Delcour est une photographe paysagiste dont le style est profondément anti-documentaire. Son usage de la chambre photographique et son choix de la frontalité ne font pas d'elle une photographe réaliste. Au contraire, signifie-t-elle par le bord noir du négatif le passage vers un ailleurs. Il est le seuil qui fait transiter l'image d'un paysage manifeste et visible à un paysage intérieur et fantasmé. Les photographies de Sabine Delcour sont des cheminements: sur un territoire et dans un imaginaire.

Le paysage vous semble familier ? Vous avez la curieuse sensation de vous être déjà promené sur ce chemin ? Ce n'est pas étonnant. Aujourd'hui Sabine Delcour ne photographie plus des territoires habités, circonscrits et donc clairement localisables, comme dans ses précédentes séries en banlieue parisienne ou à Tokyo. Dorénavant elle s'achemine vers des paysages dont l'ancrage géographique est flou. L'appropriation de l'image se voit facilitée par ce lieu banal qui a l'air d'appartenir à notre inconscient collectif. Sabine Delcour travaille le "topos", ce lieu commun, à partir duquel se construisent les histoires.

Vernissage le jeudi 29 mai de 18h à 21h

fleche suivante1/1

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Jeanne Susplugas, Addicted (Christophe), 2002. C-Print. 80 x 120 cm.
Noritoshi Hirakawa, Spring of Mum, 1998. Photo. Encadré 54 x 54 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales