ART | EXPO

Abraham Poincheval

03 Fév - 08 Mai 2017
Vernissage le 03 Fév 2017

L’exposition « Abraham Poincheval » au Palais de Tokyo présente des sculptures habitables dans lesquelles l’artiste s’est enfermé lors de précédentes expérimentations et deux nouvelles performances. Une exposition placée sous le signe du dépassement de soi et de la confrontation intime au monde.

L’exposition consacrée au travail d’Abraham Poincheval au Palais de Tokyo réunit différentes sculptures habitables dans lesquelles l’artiste français s’est enfermé durant plusieurs jours pour les besoins de ses expérimentations. Deux nouvelles performances réalisées au sein de l’exposition complètent son exploration des limites physiques et de la temporalité.

Habiter le corps d’un ours ou une bouteille géante : les défis d’Abraham Poincheval

Le corps d’un ours empaillé fait face à un mur sur lequel s’étalent divers documents encadrés : des schémas d’ours intitulés Ours porte fermée ou encore Ecorché, une feuille blanche simplement barrée du mot « ours » en capitales d’imprimerie rouges, un tableau de menus de repas, jour par jour… Dans le corps de l’ours est creusé un trou et sur la paroi qui y est aménagée sont accrochés divers objets : une bouilloire électrique, un thermos, un nécessaire de secours, une casserole… Ces éléments témoignent de la performance réalisée en 2014 par Abraham Poincheval : celui-ci s’était alors enfermé dans le ventre de l’ours pendant treize jours.

Plus loin, une bouteille géante et transparente rappelle quant à elle la dernière expérimentation d’Abraham Poincheval. C’est dans ce dispositif habitable que l’artiste a remonté le Rhône de la Camargue à la Suisse, et s’arrêtant dans plusieurs villes étapes où, demeurant quelques jours dans la bouteille avec le strict minimum vital, il a expérimenté une nouvelle façon de voir le monde et d’entrer en interaction avec lui.

Abraham Poincheval repousse les limites physiques et psychiques

Pour l’exposition, Abraham Poincheval a conçu deux nouvelles performances qui poursuivent sa remise en question des limites physiques et psychiques.

A travers la performance intitulée Œuf, l’artiste explorera le rythme du vivant en se fondant dans celui d’une autre espèce. Enfermé cube en plexiglas figurant un nid, Abraham Poincheval va s’asseoir sur dix œufs de poule pendant une période qui pourra durer de vingt-et-un à vingt-six jours, afin de les maintenir à 37 C°, jusqu’à ce que les poussins naissent. Entouré du nécessaire vital, l’artiste éprouvera ainsi de façon directe les contraintes de la gestation : l’immobilisme, la temporalité.

Une autre performance intitulée Pierre verra Abraham Poincheval se confronter à la réalité du règne minéral en occupant pendant une semaine un rocher calcaire installé au Palais de Tokyo. Le confinement dans la pierre creusée de l’empreinte de son corps en position quasi fœtale sera une véritable mise à l’épreuve.