DESIGN | EXPO

50 nuances de blanc

09 Sep - 14 Oct 2017

La galerie Pascal cuisinier présente «50 nuances de blanc», une exposition consacrée à l’utilisation du blanc par les designers français des années 1950 et 1960. Pièces rares et connues témoignent de l’avènement esthétique d’une couleur d’abord négligée au cours de cette période.

A l’occasion de l’exposition «50 nuances de blanc», Pascal Cuisinier a sélectionné cinquante pièces issues de sa collection, connues ou rares, illustrant l’utilisation de cette couleur singulière de laquelle naissent toutes les autres couleurs.

«50 nuances de blanc» : naissance d’une couleur

S’il est vrai que les designers français des années cinquante ont beaucoup utilisé la couleur noire, devenant ainsi une caractéristique distinctive, une fois appliquée sur des piètements en formes de tube, ils tirèrent parti toutefois du blanc. Meubles, sièges, et luminaires furent alors édités en blanc dès le début des années cinquante ainsi qu’un peu plus tard, au tournant des années soixante.

L’exposition «50 nuances de blanc» nous rappelle quelle utilisation, d’apparence marginale, fut faite de cette couleur. Comme le noir, elle a été utilisée sous sa forme laquée, donnant aux matériaux qu’elle recouvre une transparence nouvelle. Cette couleur à effet miroitant recouvre les pieds en métal des premiers meubles conçus par Philippon Lecoq, puis ceux dessinés par Pierre Guariche, Joseph-André Motte, et Michel Mortier, tous trois réunis au sein de l’Atelier de Recherches Plastiques. Les tôle perforées des luminaires de Pierre Guariche en sont ainsi un exemple, ou encore, le bureau AR 180 d’Alain Richard.

Rétrospectivement, la présence du blanc s’impose, semblant accompagner la modernité portée par la période des Trente Glorieuses. Cette couleur recouvre en effet recouvre en effet meubles et tables basses fabriquées en stratifié ou en opaline. Couleur lumineuse, cette propriété naturelle qu’est sa luminosité est accentuée par le recours au plexiglas dans la conception des luminaires, à partir de 1958.

«50 nuances de blanc» : pièces rares

Les meubles sélectionnés et présentées par Pascal Cuisinier ont tout naturellement vieilli. Mais l’effet du vieillissement donne à voir désormais non plus une couleur unique, d’une homogénéité éclatante, mais une gamme élargie de nuances de blanc. Le temps et les aléas de l’usage, loin d’altérer sa perception, en font une couleur subtile. Marbres et verres teintés font apparaître un blanc glacé, alors que les fils Isogaine de la chauffeuse de la chauffeuse 151 d’André Monpoix ou la lampe G50 de Pierre Guariche révèlent une teinte ivoire.

«50 nuances de blanc» rassemble par ailleurs des pièces rares. Six sièges en tôle laquée gris perle et skaï blanc d’origine dessinés par Jacques Dumont, et faisant partie du mobilier du paquebot France, sont ainsi exposés. De même, une paire d’appliques «licorne» de Joseph-André Motte, un lampadaire «fontaine» de Michel Mortier, et une paire de chauffeuses SS1 de Pierre Guariche sont à compter parmi ces pièces rares.